Re: [II.Les Endormis]Traversée de la Mer des Lamentations

Quêtes menées par Cappaeriel.

Modérateur : Fondateur

Avatar de l’utilisateur
Cappaeriel
Messages : 1338

Re: [II.Les Endormis]Traversée de la Mer des Lamentations

Messagepar Cappaeriel » 18 Janvier 2014, 14:43

Le soir était tranquille, au Bosquet, un peu plus frais que d'habitude, peut-être. Les Crépusculaires et Nocturnes, du moins ceux qui vivaient aux heures de leurs cycles, étaient, il est vrai, des gens plus patients que les enfants de l'Aube et du Jour, du moins de manière générale.
La nuit douce enveloppait donc la ville d'un manteau protecteur. Pourtant, aux quais de la Baie Nécrolithe, c'était l'agitation qui régnait, et la chaleur qui excitait les cœurs. Sitôt le dernier cours achevé, ils avaient couru bon train, bagages en main ou sur le dos, jusqu'à la silhouette gracieuse du Corail qui, voiles encore repliées, attendait fièrement aux quais végétaux.

Il n'était à nul autre pareil, ce vaisseau tout d'entrelacs de racines, de coque légère et de feuilles enroulées. Son équipage, de même, dirigé par l'intrépide et bruyante Capitaine Saline, Dreir, était des plus singuliers, autant pour des sylvaris que pour des marins. A la fois Vaillants de l'Arbre Clair et enfants de l'eau salée, ils alliaient les talents de Jardinier nécessaires à commander le beau navire à ceux de navigateurs expérimentés, qui avaient sillonné de long en large la Mer des Lamentations, et ce même du temps dangereux de la vie de Zhaïtan. Le Rêve les avait appelés à une destinée grandiose et intrépide. Et aujourd'hui, c'était encore pour leur peuple qu'ils serviraient de guide, menant le groupe scolaire jusqu'aux Marais de la Lumillule où les Protecteurs les attendraient pour leur faire découvrir la région.


Image
Le Corail, croquis rapide de Liuaith pour la Feuille de Chou.

A bord, ils furent chaleureusement accueillis par la vingtaine de membres d'équipage, pour la plupart des sylvaris de déjà quelques années, expérimentés, qui se firent le plus grand plaisir de leur faire visiter l'étrange navire végétal, des cabines où ils dormiraient en alternance avec les marins jusqu'au sommet souples des branches-mâts -pour les plus courageux et habiles. Dreir, un bon mug de rhum en main, considéra comme son plus important devoir que de raconter la fabrication du Corail, navire qui avait bercé son Rêve, de la proue à la poupe, en plus d'un an, des mains des jardiniers experts qui l'avaient peu à peu rejointe. Expansive, bavarde, elle ne laissa aux futurs voyageurs pas un instant de répit, et ce alors même qu'ils s'installaient...

Quand enfin fut venu le moment, les amarres furent largués... mains apposées à la coque, harmonieux et experts, les jardiniers-marins firent alors se déployer la voilure végétale, les ailettes de feuilles de la coque battant doucement pour donner au Corail la première impulsion qui le mènerait aux flots. Et tout doucement, alors que le vent commençait à gonfler les feuilles, les quais de la Baie Nécrolithe s'éloignèrent, et les sylvaris voguèrent vers la grande étendue bleue.

Ils devaient arriver un jour et demi plus tard.

Au cours du voyage, les marins -visiblement heureux d'avoir de la compagnie fraîche, surtout si celle-ci pouvait s'avérer un minimum curieuse- firent de leur mieux pour mettre à l'aise leurs passagers. Jeux de dés, histoires fantasques de sirènes et de monstres marins, chansons de marins de l'Arche plus ou moins (souvent moins que plus) adaptées aux oreilles des jeunes pousses, et même, pour les plus intéressés, des démonstrations de jardinage-marin et de nœuds de lianes complexes.

C'est dans l'après-midi du lundi suivant qu'ils approchèrent la côte, et passèrent le Goulet de l'Océan. Leur but était en vue.


Spoiler : :
Vous pouvez donc poster ici, si ça vous dit, ce que votre personnage aura fait pendant la traversée !
Avatar de l’utilisateur
Amynarmëh
Agent du chaos
Messages : 543

Re: [Les Endormis]Traversée de la Mer des Lamentations

Messagepar Amynarmëh » 18 Janvier 2014, 16:11

Appréciant peu l'agitation, et étant d'un naturel assez peu sociable, Damroctod aura passé la traversée dans un coin, à lire un étrange petit livre qui serait, selon lui, une mine d'information intarissable sur tout, mais surtout pas n'importe quoi. Il aura aussi passé le reste du temps à recompter son materiel de soin et s'assurer que tout est en ordre, ses sifflements dans le Rêve ne le rendant pas particulièrement agréable pour qui aura souhaité piquer un somme près de lui.
Image
Avatar de l’utilisateur
Cypries
GM à la retraite
Messages : 3235

Re: [Les Endormis]Traversée de la Mer des Lamentations

Messagepar Cypries » 18 Janvier 2014, 20:48

Cypries aura été bien calme pendant le trajet. Fatigué par tous les préparatifs, tant pour Kraitban que pour ce voyage. Il ne se sera néanmoins pas plaint du manque d'initiative pour ce second point (à l'inverse de sa joueuse è.é), préférant aider chacun des présents à finaliser ses études préparatrices. En effet, les ouvrages disposés dans le coin de lecture auront été emportés dans le bateau pour que les retardataires puissent finir de les éplucher pendant la traversée.
Il aura mentionné, en plaisantant, qu'Amynarmëh envisageait de venir en passager clandestin, qu'il l'en avait dissuadé, et qu'il regrettait un peu, à présent. Jerynd, celui du groupe qui a de plus près et depuis le plus longtemps côtoyé Cypries, et Gyffen qui remarque de toutes façons tout, auront peut-être noté qu'il ne plaisantait qu'à moitié.
Il aura fait de son mieux pour aider chaque élève présent à trouver les éléments instructifs dans ce qu'ils pouvaient voir durant la traversée, essayant d'entraîner leur sens critique par l'affûtage de l'observation. Il aura également partagé à qui voulait la lecture du dernier message reçu du Protecteur Dhur, et évoqué leur organisation sur place : le groupe venant les récupérer sur le port improvisé, le trajet vers Tersech, la localisation du village hylek et de l'auberge du Chemin Sûr, la localisation de l'avant-poste des Veilleurs, le front de guerre revenant...
Entre les moments où il se sera montré attentif à chacun et aussi prévoyant qu'il le pouvait, il aura beaucoup somnolé, à défaut de pouvoir trouver un vrai sommeil dans ce huit-clos assez mouvant.


Spoiler : Le message du Protecteur Dhur :
Cypries,
Heureux de faire votre connaissance. J'ai hâte de vous rencontrer en personne, également. De ce que m'a signalé Cappaeriel, relayant les mots du Capitaine Dreir, vous arriverez donc par le Goulet de l'Océan, pour débarquer au Bourbier, juste au sud de Fort Cadence (les pauvres sont souvent très occupés).
Je ferai tout mon possible pour vous attendre sur place avec quelques collègues, dès midi. Le trajet n'est pas bien compliqué, mais on ne sait jamais. Si vous ne vous voyez pas, évitez de perdre trop de temps à nous attendre, il est possible qu'un imprévu nous retienne. Une fois sur place, prenez toujours au Sud. Nous devrions passer à côté du village allié des hyleks Ni-tluaca, puis traverser un bras d'eau juste là où se trouve une auberge humaine, l'Auberge du Chemin Sûr, à l'orée de la Tête du Crapaud.
Si nous ne sommes pas là et en cas de doutes, n'hésitez pas à demander votre route à l'un ou l'autre de ces endroits. SURTOUT, s'il commence à faire sombre, trouvez un abri, et ne vous avancez pas dans la Tête du Crapaud, la région la plus proche de l'enclave. Si vous devez choisir, retardez plutôt votre arrivée d'une nuit.
Ci-jointe, une carte. (carte du jeu, à peu près)

Concernant vos activités sur place : je dois déjà vous faire visiter nos trois villages du Rêve, particulièrement Caer Bruyère et le grand mur tenu par les Vaillants. Si les temps sont cléments et les revenants calmes, je ferai également mon possible pour vous montrer la Pierre d'Hazaan et la Pénitence d'Aleem, ainsi que vous faire découvrir la journée typique d'un patrouilleur des Marais ! Notre Guérisseur, Ocel, s'est également proposé pour un cours sur la flore locale. Tout cela devrait vous faire des journées plutôt chargées. J'ai hâte, à vrai dire. Ce n'est pas souvent qu'on a l'occasion de voir des jeunes pousses, là où nous sommes.

Quant à ce que nous pourrions vouloir... des livres, peut-être ? La culture est bien lointaine, et le Prieuré peu implanté ici, au contraire des Veilleurs. L'ennui pointe souvent.

Respectueusement,
Dhur de la Feuille
Avatar de l’utilisateur
Ormeronce
Messages : 451
Localisation : Ici.

Re: [Les Endormis]Traversée de la Mer des Lamentations

Messagepar Ormeronce » 19 Janvier 2014, 00:49

Flou. Aucun terme ne conviendrait mieux au souvenir qu'Ormeronce garde du voyage en mer. Si la première réaction de celui-ci en arrivant à bord du navire oscillait entre la béatitude et l'excitation excessive, l'amenant à parcourir le bâtiment en long en large et en travers au point d'en être visuellement fatigant, le sylva-champignon aura par la suite passé le plus clair de son temps appuyé au bastingage. Les yeux fermés, il se sera concentré uniquement sur sa respiration, se forçant à inspirer calmement l'air marin, tout priant n'importe lequel des dieux humains, et même d'autres inventés sur le coup de mettre fin à la sensation de malaise continue éprouvée sur le Corail. Une chose est sûre, le sylvari est pour l'instant loin d'avoir le pied marin, et prie encore les dieux précédemment cités (et les autres) pour que le temps s'écoule le plus lentement possible d'ici au prochain trajet mené sur les vagues de la Mer des Lamentations.
J'ai sauté Zack Effron -Calbagh
Avatar de l’utilisateur
Artyphiss
Messages : 551

Re: [Les Endormis]Traversée de la Mer des Lamentations

Messagepar Artyphiss » 20 Janvier 2014, 00:19

C'est un Arty plein d'entrain et de motivation qui pu enfin réaliser son rêve de voyager, et de sortir un peu du Bosquet en toute légalité. Heureux et curieux, envieux de nouvelles découvertes, on aura pu le voir arpenter le navire de long en large sans paraitre souffrir le moins du monde du tangage de ce dernier. Quand enfin toute son énergie était dépensée, il allait se rouler sur Oriel pour dormir ou alors, quand le charr le repoussait car, avouons le, il était un peu collant, il se calait dans un coin pour lire et relire les bouquins emportés par Cypries et qu'il connaissait par cœur déjà. Il se sera bien entendu amusé à faire de la poésie, à caqueté sur des ragots avec Oriel, et surtout, lui aura offert un carnet, pour l'aider à lui faire passer le temps. On aura souvent pu le voir observer le ciel et la mer accoudé au bord du bateau, et proposer son aide pour la cuisine. Un bon petit mousse, somme toute un peu dans les pattes quand même.
Seiz Hinn : Sylvari des bois.
Artyphiss : Dandy raffiné, professeur et explorateur, poète à ses heures perdues.
Illùvahtar : Sylvagolem.
Inti : Graveur rêveur.
Jahrëth : Artiste façonneur.
Magda des Saules : Sorcière des bruyères.
Naäp : asura de placard.
Avatar de l’utilisateur
Jerynd
Officier
Messages : 555

Re: [Les Endormis]Traversée de la Mer des Lamentations

Messagepar Jerynd » 20 Janvier 2014, 17:39

Pour Jerynd la traversée avait été un véritabl ravissement.
D'une part c'était la première fois qu'il montait sur un bateau et qu'il prenait la mer (un bateau à quai étant bien moins amusant), d'autre part car il allait visiter une région totalement inconnue.
Revenu à peine la veille des Cimefroides il profita de la traversée pour se mettre à jour.
Il éplucha les rapports des Protecteurs du coin. Cela confirma la discussion qu'il avait eu la veille avec le silencieux Stered. La zone était vraiment dangereuse surtout de nuit et le terrain vraiment pas à leur avantage. Il passa de longs moments sur la carte pour s'imprégner de chaque lieu et pouvoir au besoin la reconstituer en Rêve.
Il éplucha également Jardinage en Marécage, par Calembour Geon et avait même prévue quelques sachets de graines spécialement dédié à ce milieu.
- Rozo : Jerynd (Homme des bois), Zaézoum (héroïne de shonen), Yajji (Cadette de la famille Adams), Yllyomyn (Amateur d'expériences), Lycyndel (Mieux que Peter et Steven)
Avatar de l’utilisateur
Oriel
Messages : 258

Re: [II.Les Endormis]Traversée de la Mer des Lamentations

Messagepar Oriel » 30 Janvier 2014, 13:55

[Très en retard, mais j'ai dû faire le deuil de mon premier essai, perdu dans un plantage d'ordi... TT Je devais raconter la rencontre de Dreir et Oriel! Si inexactitudes sur le navire ou le capitaine, j'éditerais!]

Oriel était un Charr casanier, aimant à s'entourer d'habitudes et de routines. Il avait désormais les siennes au Bosquet : le petit confort de sa cosse, son Kael au bar du refuge des constellations, les rondes et les potins partagés avec les protecteurs, les chasses en solitaire du côté de la crique des glaneurs... Sa connaissance du monde extérieur restait essentiellement théorique. Pour un Charr aussi rétif à l'enseignement et à la lecture, cela se réduisait à bien peu... Pourtant, il s'était proposé dès qu'il en avait eu l'occasion pour accompagner le voyage scolaire. Veiller sur les pousses jeunes et moins jeunes, à présent qu'il était officiellement sympathisant de la Rose et la Plume, cela s'imposait comme une évidence. Depuis le massacre de l'Aube, il s'était juré qu'aucun de ces végétaux causants, si agaçants et attachants, ne perdrait plus la vie (ou un membre) sous sa garde.

Vaillamment, le mammifère grimpa sur le pont mouvant du Corail, scrutant les mats-troncs, les lianes-bouts et les voiles-feuilles repliées comme des ailes d'insecte d'un air faussement connaisseur et sceptique. Il cacha son inquiétude derrière un commentaire présomptueux au sujet de l'étanchéité de la coque, mais un bateau de bois mort ne l'aurait pas rassuré. Oriel n'avait jamais navigué excepté lors de la traversée d'un fleuve, sur une grosse barge qui dodelinait le long d'un filin comme une jument docile.
Malgré tout, lorsque le Corail prit le large, que ses voiles se gonflèrent sous le zéphyr et le propulsèrent dans un sillon d'écume vers l'horizon immaculé, le Charr ressentit comme jamais auparavant l'appel de l'aventure. Une infinité de caps s'ouvrait devant eux et tandis qu'il remontait ses yeux vers le gaillard arrière, où le capitaine beuglait ses ordres que les marins jardiniers s'empressaient d'exécuter, courant d'un bout à l'autre du pont et grimpant dans les cordages, une excitation enfantine s'empara de lui... Il se surprit à hurler et aboyer, penché par dessus le bordage, Arty trépignant à ses côtés, comme chaque creux dans les vagues projetait autour d'eux des jaillissements d'embruns.

Une heure plus tard, c'était pour vomir qu'il se penchait au dessus de l'eau, regrettant d'avoir puisé son courage dans une bouteille d'Artifice avant de partir... Il se terra dans la cale où étaient arrimés les bagages et où se balançaient les hamacs, mais ni la position couchée ni la présence d'un seau ne lui apportèrent le moindre réconfort. Arty lui récitait d'un ton doctoral les techniques anti-mal de mer qu'il venait d'étudier en prévision du voyage, et c'est tant pour suivre son conseil (regarder l'horizon, ne pas rester inactif) que pour faire cesser son babillage qu'il s'extirpa en grognant des profondeurs du navire et regagna le pont.

L'air frais et la vue dégagée améliorèrent son état, mais pas autant que la distraction qui se présenta à lui, sous la forme d'une sylvarie imposante, qu'il n'eut aucun mal à distinguer comme de sexe féminin à ses attributs généreux. Elle harponna le Charr avec l'aisance du baleinier aguerri et Oriel, flatté de cette attention et séduit par son bagou inimitable, oublia bien vite l'inconfort pour parler aventure et exploits avec Dreir. Vantarde, vulgaire, franche et intrépide, il ne fallut que quelques récits pour le persuader d'avoir découvert son alter-ego féminin, d'adorer la navigation et d'avoir un avenir marin entre ports inconnus et tempêtes. Il rit de ses commentaires sur son physique, faisant gonfler ses muscles et rouler ses épaules comme un fauve vaniteux... Rire qui s'étrangla quand les approches se firent plus directes, la capitaine ne s’embarrassant pas de chichis.
C'était une qualité que le Charr appréciait d'ordinaire chez une femelle. Une femelle Charr. Là, acculé contre la dunette au vu et su de tous, il dut prendre sur lui pour cacher sa gêne et préserver son image de mâle dominant. Dreir perçut son embarras et lui proposa de la retrouver plus tard, pour boire du rhum entre gens biens dans sa cabine. Elle l'abandonna donc face à un cruel dilemme...

Oriel avait un talent tout particulier pour ignorer les avances les plus évidentes lorsqu'elles venaient de personnes jugées inappropriées, et l'évidence le frappa une fois encore bien tard. Trop tard pour reculer. Sa virilité était en jeu. Et aussi déroutante que soit l'idée de s'accoupler avec une créature pareille - il s'était habitué au physique des sylvaris, mais envisagé de la sorte, il le trouvait laid et presque repoussant - son attitude proche d'une charr l'attirait néanmoins, et, bon sang, qu'il en avait envie! Sa dernière fois avec Algieba n'était plus qu'un vague et lointain souvenir...
Son hésitation ne dura pas. Il culpabiliserait plus tard. Le reste du trajet fut fort occupé, et lorsqu'ils débarquèrent à Lumillule, le Charr se montra d'une humeur radieuse, surprenante pour qui connaissait son caractère maussade chronique. Oriel n'était, dans le fond, pas quelqu'un de compliqué...
Oriel Grifrude
Wociev
Synnaël
Dokki

Revenir vers « Contes doux-amers »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité