Archive Etherpad. Le siège d'Annwen.

Archives de la campagne jouée en juin-juillet 2015

Modérateur : Fondateur

Avatar de l’utilisateur
Valtamerie
Messages : 889

Archive Etherpad. Le siège d'Annwen.

Messagepar Valtamerie » 09 Octobre 2015, 12:13

*Car il est hors de question que je perde ça. Voici ce qui s'est passé à Annwen. Ca fait... onze page sur open office.*

BATAILLE D'ANNWEN. VILLE MARTYRE
---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Actions de Falcon

Spoiler : :
Entre deux offensives, Falcon aura revêtu sa cape de feuilles du côté orangé, en mémoire aux défunts Erables, dont il est désormais le seul porteur de la cape caractéristique. Il grimpa sur un petite souche, afin que tout le village rassemblé, hormis les Protecteurs restés en surveillance, puisse le voir. Le siège l'a jusque là laissé intact, tant physiquement que mentalement. Il s'applique à rayonner, dans le Rêve. Sa voix comme son onirisme, le temps d'un discours, se sont fait omniprésents.

Mes frères, Rêveurs ! Mes amis, mes fiers Protecteurs !

Il écarte les bras, pour englober face à lui toute la foule Rêveuse.

Anwenn n'est qu'une petite ville. Ou plutôt, grande, car très étendue. Mais à présent, il ne s'agit plus que d'un petit noyau de résistance, enveloppé par nos lianes et nos ronces. Pleurez-vous vos cosses disparues ? Il ne faut pas, mes frères. Tout juste pouvez-vous verser une larme pour les Protecteurs, et notamment l'unité des Erables, qui y ont laissé leur vie. Tout juste pouvez-vous plaindre ceux qui se sont retrouvés blessés, en vous protégeant.

Car ce n'est pas en se lamentant que nous allons tenir ! J'étais persuadé, il y a trois soirs, que cette attaque n'était vouée qu'à une victoire de notre part, ou une défaite. En voyant les troupes arriver ... j'ai d'abord gardé confiance. Nous étions plus nombreux ! Nous avions des défenses ! Puis la meute est arrivée. Et leurs renforts. J'étais à deux doigts de nous penser tous morts.

Il laisse s'écouler quelques instants, et observe la foule d'un regard circulaire. Il leur laisse le temps d'assimiler.

Et pourtant ... pourtant, nous sommes encore en vie ! Nous ne pouvions gagner d'un coup contre cette masse sombre, cet ennemi qui a pris mille fois le temps de se préparer, contrairement à nous. Mais il ne nous a pas vaincu ! Au contraire, il a reconnu son propre échec. Les pertes qu'ils ont subies sont énormes, pour qu'ils ne se décident pas à tout lancer contre nous pour nous écraser ! Ils ont été impressionnés. Et ils ont eu peur d'y passer.

Alors ils ont choisi la technique la plus sûre pour eux. Celle des lâches.

Il prend une voix légèrement différente, un peu ironique.

"Laissez donc les Rêveurs s'épuiser, mourir de faim et de soif, tuons leurs défenses à petit feu. N'allons surtout pas risquer notre écorce, alors qu'on en a tant besoin pour mettre Caledon à feu et à sève ! Ils ne pourront que mourir ou se rendre, et désespérer face à l'assaut du Cauchemar."

Allons-nous donc leur donner raison, leur faire croire qu'ils sont plus forts ? S'ils l'étaient réellement, ils auraient déjà gagné. Même leurs enveloppes ne viennent pas à bout des fortifications de nos Façonneurs. Alors, ne laissons pas le désespoir nous gagner : c'est ce qu'ils aimeraient ! Songez que nous gagnons du temps. Chaque heure, chaque jour passé, c'est leur propre instabilité qui grimpe en flèche, c'est eux qui risquent de s'entre-dévorer ! Et chaque heure, chaque jour passé, c'est une armée gardée face à nous, qui n'ira pas vers le Bosquet. Nous sommes le meilleur des remparts !

Alors gardez espoir, songez que vous êtes tous, ici, défenseurs du Rêve et des Rêveurs. De vos actions, de votre volonté, dépendra notre victoire sur ce ramassis de renégats qui pensent tout mieux savoir que nous !

POUR LE RÊVE, JE TIENDRAI !

Achève-t-il en levant le poing vivement, espérant que le cri sera repris par chacun des Rêveurs.


_____________________

Outre le discours, il y aura beaucoup eu à organiser dans le village pour espérer survivre.

Concernant le prisonnier, il y a fort à parier qu'il sera peut-être de nouveau interrogé. Ses rations sont réduites au strict minimum, et il me semblerait logique que la cosse "prison" ait été récupérée pour abriter les Rêveurs. Il y a donc fort à parier que le prisonnier est plutôt attaché quelque part à un piquet, dans le village. Mais bon, pas sous le feu ennemi, quand même !

Pour les vivres, les graines les plus grosses ont été sélectionnées afin d'être plantées au sein même du village. Certains expérimentent aussi des cultures hors sol, pour faire des murs de plantations, plutôt que de prendre de l'espace au sol. Ils prennent soin de planter des espèces soit très nourrissantes, soit qui nécessitent peu d'eau -bien que pour l'instant, vu ce qu'il a plut, l'eau n'est pas problématique - comme des pommes de terre.

L'eau pendant les averses a aussi été récupérées grâce à de grands feuilles, pour être récoltées dans des courges, et stockées à l'abri des tirs. Cela sera précieux en cas de subite sécheresse (bien qu'en Caledon ... MAIS SAIT-ON JAMAIS), ou d'empoisonnement, qui sait ?

Les défenses auront très probablement été supervisées notamment par Zack, qui s'y connaît. Falcon aura recommandé de commencer à créer un deuxième mur à l'intérieur, pour pouvoir se replier derrière quelque chose si jamais la première fortification venait à céder. Consigne aura été donnée de colmater et renforcer au mieux la première défense, de planter aux alentours des mortiers, de laisser des chausse-trapes à l'extérieur, et de diffuser aussi du poivre derrière, contre la Meute.

Concernant les soins, Falcon aura mis à profit le petit coqueret qu'il porte autour du cou, et que Zack et lui avaient mis tant de temps à fignoler. Il a récupéré les graines de ses plantes curatives pour débuter un jardin médicinal, en prévision de quand les stock Rêveurs laisseraient à désirer.

Pour les civils : tous ceux qui ont des compétences de soin (élémentaliste d'eau, nécromancien, gardien) sont assignés à l'infirmerie. Les jardiniers et élémentalistes, aux défenses ou aux potagers. Ceux qui savent créer des armes sont priés de le faire. Chaque talent est réquisitionné. S'il y a une bonne cuisinière, on l'assignera aux fourneaux. S'il y a un conteur, il devra organiser des soirées pour détendre l'atmosphère. Etc, etc.

Enfin, s'il y a un dompteur d'oiseaux, il lui aura été demandé de préparer ses oiseaux à tenter d'envoyer des messages à Cathal ou à Kraitban, pour une demande de renforts ou d'aide.


_____________________

Dans l'après-midi, la nouvelle circule : le Protecteur Falcon a été envoyé en tant qu'émissaire pour des négociations demandées par les Cauchemardeux, dans le no man's land entre Anwenn et les positions Cauchemardeuses. La rencontre s'est effectuée sans encombres : pas d'attaque, de l'un ou l'autre des côtés.
Le Protecteur aux feuilles roses en est revenu porteur de ce qui semble être une ... bonne nouvelle. L'actuel dirigeant de l'attaque, un certain Yrwin, a été favorablement impressionné par la ténacité Rêveuse. Dégoûté d'être remplacé dans la nuit par des troupes fraîches et une commandante bien plus brutal et "bouchère", il nous a proposé d'évacuer nos blessés, sans rien avoir à craindre d'eux.

Le temps presse pour organiser cette évacuation, qui permettrait de soulager les guérisseurs comme les blessés, et également d'apporter un message de nouvelles dans le sud de Caledon ...

Les Protecteurs les plus influents, et les Capitaines, se réunissent avec les Protecteurs pour déterminer de la réponse à donner, avant la nuit.

La mauvaise nouvelle venant contrebalancer la bonne étant que, comme on pouvait s'en douter, Falias Torp est tombée, et que de nouvelles troupes allaient débarquer.

_____________________

Voilà [l'aigle de sang et le bombardement cadavérique] qui sonne définitivement l'arrêt des combats pour Falcon. Il aura mis plusieurs jours à faire admettre aux Protecteurs la situation angoissante qu'il vivait. Mais avec les premiers bombardements de morceaux de corps, et son état quasiment paralysé, n'importe qui aura pu en conclure qu'il valait mieux qu'il soit n'importe où, sauf sur le "front".

Il s'occupe depuis à jardiner, fournir les guérisseurs en plantes curatives, et jouer de la lyre pour reposer les esprits. OUI, Falcon joue de la lyre dans une ville assiégée, OUI.

_____________________

87ème Phénix : touché par les paroles de Jerynd, Falcon aura pris un temps pour digérer le fait de représenter officiellement la Gardsonge. Mais il lui aura sourit.
En fin de compte, pensait-il intérieurement, le voici qui reprenait réellement le flambeau de Cappaeriel. Fortifier Anwenn, puis participer à se direction en temps de guerre.

_____________________

88ème Phénix : Le dilemme aura été grand, et long. Mais décision fut prise que les civils et blessés en état de marcher quittent Anwenn, après que le furtif Azaltim aient repéré la route sûre. Falcon, qui aurait bien souhaiter fuir cet enfer, mais ne pouvait quitter Anwenn sans déclencher un sentiment probable d'injustice chez les Protecteurs, est resté. Nullement blessé durant l'offensive, il demeure fatigué par les combats incessants.
Étonnamment, cependant, il tient moralement bon. Son onirisme s'en ressent. Il n'est pas plus que d'ordinaire terrorisé par les cadavres ou la fureur Cauchemardesque, non ... il tient bon. Et rayonne.
Probablement grâce à Zack.

_____________________

89ème Phénix : un second discours de Falcon se fera entendre. Même s'il semble plus fatigué que pour le premier (mais qui se sent en pleine forme après une semaine de siège ?), son onirisme demeure inchangé. DROIT. FIER. Et LUMINEUX. Il se tient derrière le second mur d'enceinte, et peu lui importe, si les Cauchemardeux entendent ! (d'ailleurs, le peuvent-ils vraiment, dans le fracas de la bataille, et enragés qu'ils sont ?)

Mes frères !
Vous avez sans doute entendu des rumeurs qui vous ont fait frémir ... nous avons fait évacuer les blessés et les civils ! Ils sont sains et sauf, et, mes frères, cela fait plus de cinquante vies que nous aurons ainsi sauvées. Cinquante vies que ces acharnés complètement fous n'auront pas !

Regardez leur haine, regardez leur colère ! Ils ne se maîtrisent plus ! Ils nous pensaient tomber en deux jour, et voilà qu'eux-même peinent à tenir leurs propres rangs ! N'est-ce pas risibles, mes amis ?

Il plante ses poings sur ses hanches, en souriant aussi franchement qu'il le peut. Et si Azaltim est non loin, il le pointera du doigt.

Azaltim, qui combat encore avec nous aujourd'hui, a vu hier soir ! Quoi donc ? Il a vu des Cauchemardeux, blessés à mort, fuyants, suppliants ! Il les as vu lui demander grâce ! Déclarer qu'ils se rendaient !

La vérité, mes frères, c'est que nos ennemis s'entredévorent, derrière nos fortifications ! Ils ne tiennent plus leurs pulsions, et comme nous nous refusons à être les paillassons sur lesquels ils se déverseront ... ils se déchiquettent entre eux.

Une dernière bonne nouvelle, Protecteurs, volontaires.
C'est que le Capitaine Jerynd a pu envoyer un message au Bosquet, demandant des renforts. Et que nous sommes certains qu'il soit arrivé à bon port ! Alors hardis ! Nous avons tenu presque une semaine, quelques jours de plus serons dérisoires !

Pour le Rêve, NOUS TIENDRONS !

Acheva-t-il d'une voix plus forte encore, en levant le poing.

_____________________

90ème Phénix : Le bombardement aura fait, une fois de plus, sursauter le pauvre petit "coeur" malmené de Falcon. Il achevait de bander son bras, où une belle zébrure sévinolente était visible, conséquence d'un des derniers assaillants enragés.

Parce qu'ils ont des canons, à présent ? Les Enveloppes ne suffisaient pas ?

Comme probablement plusieurs Protecteurs, dans le feu de l'action, il avait baissé la tête, et s'était réfugié derrière une maigre protection. Avant de réaliser qu'aucun boulet ne tombait dans leur camp, ni n'ébranlait les troncs creux. Lorsqu'il pris conscience de ce qu'il en était, des Cauchemardeux fuyants ... il s'approcha, incrédule, des fortifications, pour regarder vers le fort. C'était une aide inespérée.

Voyant Narilya, la chef Cauchemardeuse approché, il aura lui aussi bandé son arc en la visant, par réflexe. Il n'avait guerre envie d'être la cible d'une dernière action-suicide. Mais la voyant se rendre, il ordonnera (en espérant être entendu/écouté ...) de la laisser vivante.

Car la Justice ne se rend pas sur un champ de bataille. Et car Narilya possède une quantité d'informations qui pourrait éviter un second siège.


---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Actions de Zack

Spoiler : :
Durant les jours suivant le début du Siège, Zack aura sans doute encore été harcelé par les chiens et se fera violemment mordre/transpercer un bras (qu'elle idée de vouloir faire un rand pour savoir s'il a été blessé ou pas u_u" et surtout de faire un échec critique...). Heureusement pour lui, ses bras sont presque entièrement constitués de cavités / réserves à graines. Donc plus de dégats que de mal. Et probablement des graines un peu partout aux pieds de la muraille.
Qui avec la pluie vont pousser.
Donc au pied des murailles, il y aura sans doute rapidement un petit bosquet de plantes médicinales, d'arbres à écorce dure ou encore de poisons.

Pendant tout les temps de "libre", Zack s'évertuera à peaufiner le mur d'enceinte d'Anwenn, se délestant de tas de pièges végétaux, que cela soit du poison, des plantes carnivores, des lianes vivaces qui enserreront tout ce qui les touchent. Sans doute Falcon lui aura-t-il rappelé de ne pas mettre de poison mortel, au cas où les Protecteurs se retrouveraient à devoir eux aussi toucher les murailles.... Ce qu'il aura fait un maugréant.
Bref, Zack participe à tout ce qui est Façonnage et Jardinage, que ça soit dans le renfort du mur, la réparation des armes ( ou création de nouvelles ) et tout les jardins possible. Il a mit quasi toutes les réserves qu'il portaient sur lui à disposition. Que cela soit de la nourriture ou pour façonner ou soigner.
Puis à la proposition de Falcon, il aura, avec les autres Façonneurs, monté un second mur d'enceinte, tout aussi piégé, épineux et mouvant, mais les poison en moins pour le moment.

Un sujet qu'il remettra sur le tapis aussi souvent qu'il faudra : Que faire des cadavres?
On ne peut pas les amonceler sans rien en faire indéfiniment. Si les habitants d'Anwenn veulent qu'on respecte leurs morts, soit, mais il faut les enterrer avant qu'ils ne pourrissent l'air et ne pourrissent la vie déjà suffisamment tendue du village. Pour les cadavre des cauchs, il proposait de s'en servir pour renforcer les murailles. Autant qu'ils servent à quelque chose. Comme s'ils étaient les briques et les lianes le mortier. Comme ça les plantes du mur pourraient se nourrir directement des corps et non plus puiser dans la terre dont on a besoin des nutriments pour les jardins.
Il sait que la question peut déranger, mais il faut impérativement s'en occuper.


_______________________________________________


Zack aura été pour le renvoi des blessés en lieux sûrs. Mais il aura soulevé deux questions :
Est-ce un coup fourré pour nous amputer encore?
Qui, parmi les combattants valides - que donc nous perdrons sur ce front - s'occuperont de mener le convoi des blessés en lieux sûr?


_____________________________________________________________________________


Zack aura émis une précision sur ses paroles, car ses questions étaient plutôt ironique, ou pour faire tiquer :
Techniquement, oui, il préfère qu'on éloigne les blessés et les bouches qui se savent pas se défendre. Mais pas au point de croire que ce chef cauch dehors les laisserai passer sans encombres ou sans les poursuivre.
Parce que dans son métier de mercenaire, parfois, c'est exactement ce qu'il avait eu à faire. Ne jamais laisser échapper sa proie, quitte à lui donner une raison de sortir. Ils peuvent être de toute la bonne fois qu'ils veulent, on ne peut pas se permettre de les croire.

_______________________

La scène de bataille Cauch et les torture subies par l'ancien chef d'en face n'aura pas laissé Zack indifférent. Mais il n'aura pas quitté des yeux la scène. Il se serra très certainement issé sur le mur pour voir ce qui se passe. Pas non plus debout, il n'est pas du genre à se transformer en cible facile.
Et dès que la nouvelle chef qui s'est imposée se sera écartée du torturé, il aura empoigné son arc, trempé la flèche dans sa propre sève, et aura tiré droit sur ce chef au dos écartelé pour abréger ses souffrances. (18/16) Dans la nuque. Il aura aussi tenté de tirer sur la nouvelle chef, mais l'effet de surprise passé, il n'a pas du pouvoir faire grand chose.

_______________________

En voyant les projectiles envoyé pour déstabiliser ses compagnons de combats, Zack aura demandé au premier mage lui tombant sous la main de vérifier qu'il n'y a pas de pièges là-dedans. Sinon pour quel raison des symboles étranges. Il soupçonne un quelconque sort, ou marques pour les distinguer des autres... cadeaux envoyés par le camp d'en face. Il aura aussi demandé à ceux qui possèdes des chiens ou n'importe qu'elle bestiole à bon nez de vérifier les traces de poisons ou d'explosifs.
Et s'il n'en est rien, tant que l’accalmie se tient, il les aura fait brûler avec les autres cadavres.

Ordres donnés et trucs "sécurisés", il aura été s'occuper de l'état de Falcon pour le calmer, l'aider à penser à autre chose tant qu'il le peut. Ou peut-être voir ça autrement. Mais question psychologie, Zack n'est pas le plus qualifié. Il aura fait de son mieux, étant aux petits soins avec lui.
Il encouragera les gens, pendant les phases de calme, à faire autre chose, à se faire plaisir, à éventuellement raconter des conneries. Il aura essayer de créer dans ses heures perdues une boisson qui ne demande pas trop de travail, sucrée, et un peu pétillante pour redonner du peps.
Il prêtera volontiers de relais à Falcon et Jerynd, tout deux "incapacités", pour aider à ordonner les défenses avec la Capitaine des lieux.
Ses idées sont certes brusques et parfois sans le moindre raffinement (comme celle des cadavres servant de mortier) mais toujours bien pensées.

D'ailleurs, il aura tenté, avec les autres Façonneurs, de piéger le sol devant leur murailles. Des choses simples, mais des nids de poules, des racines juste assez relevée pour faire trébucher, des plantes carnivores dans les petits fourrés. Bref, tout ce qui peut ralentir la progression à pied vers le mur. Il serra bien sur ouvert à toutes les idées.

88ième jour du Phénix :

Zack aura demandé de l'aide dans cette journée, sans doute pendant la fuite des blessés (c'est ce qu'il aura proposé) pour détruire le corps d'Yrwin. Sans doute pas la chose la plus urgente, il aura néanmoins avancé un seul argument : la présente de ce corps mutilé et torturé ne fait qu'agrémenter leur cauchemar, exciter leur pulsions et leur violence, que bien sur, ils déversent sur les Rêveurs. Autant s'ôter une épine supplémentaire du pied. Et si ça peut en plus faire diversion...
Le reste du temps, idée acceptée ou pas, il se sera principalement occupé de la tenue du mur et de la bonne réaction des pièges disposé. Il se donne sans compter, et oui, la fatigue est présente. Mais c'est la même pour tous. Alors hormi qu'hors de la présence de Falcon, il est sec et parfois cassant, il n'a de cesse d'aider dans tout les domaines où il peut.
Bien sur pour son Cerisier, il se fait soutient sans faille, toujours avec un sourire pour lui, quelque chose pour le faire rire, ou de la tendresse pour l'apaiser.

89 ième jour du Phénix

Aujourd'hui, entre deux combats, Zack se sera évertué à détruire les corps cauchs de leur coté, par le feu si l'acalmie le permet toujours. Surtout celui d'Yrwin si ça n'a pas déjà été fait.
Après le discours enflammé de Falcon, il aura commencé à chercher des idées pour faire en sorte que les cauch continuent à s'entre-déchirer. A les pousser à se bouffer entre eux. Que ça soit des petits projectiles pour leur faire croire que quelqu'un dans le camp cauch enquiquine le monde, ou envoyer des choses pour les déstabiliser dans leur "quotidien" comme des bulles de poison ou d'odeurs pestillentielles... (malheureusement, le corps d'Yrwin est toujours hors des murs, exposé aux yeux de tous. Il ne brulera pas, sauf emploi d'une flèche enflammée)
(Pardon j'avais oublié de repréciser la conversation eue avec Falcon : oui il l'aura proposé avec envoi de petits sacs d'huile inflammable et de flêches enflammées)

90ième jour du Phénix

Il aura sans doute été difficile de convaincre Zack de ne pas tirer sur la chef d'en face (sauf si c'est Falcon qui demande) et il aura immédiatement prit une flèche avec une neurotoxine provocant une paralysie pour lui tirer dessus, évitant les points mortels, visant plutôt une jambe. (14/16 sauf si tu veux le jouer :3 ) Hors de question qu'elle s'échappe maintenant.
Il aura continué à tirer dans le tas des autres fuyard. Pas la peine que ceux là se regroupent et réattaquent ici ou une autre position rêveuse.


---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Actions de Jerynd

Spoiler : :
Premiers jours 83 au 86 Phénix :
Dès le lendemain du début du siège après avoir reçu les premiers soins et dès qu'il le pu physiquement, Jerynd appuyé sur une béquille, se sera rendu utile tant que faire se peut aidant au Façonnage d'armes, des tourelles, et de nourriture. Son Rêve toujours lui est demeuré aussi fort et clair, les attaques oniriques du Cauchemar ne l'auront pas réduit pour autant. Il se sera efforcé d'encourager chacune et chacun pour les enjoindre de tenir bon.

Il aura suivit le discours de Falcon d'une oreille la veille en se reposant et l'aura félicité pour la justesse de ses propos dès le lendemain.

Il aura également envisager les divers plans de retraites possible comte tenue des positions ennemis, leur nombre et leur équipement, tout en tenant compte de l'état des blessés dont lui même.
A la mention de faire parvenir un message par oiseau pour une demande de renfort et ou avertir de la situation, il a dit pouvoir faire appel à Givre sa chouette harfang toujours quelque part a le suivre de plus ou moins loin. La petite chouette est certes blanche et visible mais en faisant un détour au dessus de l'Empire des Vents, elle compense en outre par sa très petite taille et sa rapidité.

Pour les cadavres, son avis est de les enterrer dans un coin Rêveurs comme Cauchemardeux, mais en creusant symboliquement deux fosses distinctes. Il voit en effet d'un mauvais œil l'idée de se servir des corps des Cauchemardeux comme mortier.

Au sujet du fameux sauf conduit proposé par Yrwin, Jerynd a tout de suite été réticent.
"- Je n'ai aucune confiance en ce soit disant accord... Ça pue le piège grossier, nous serons des cibles faciles pour eux et ils nous achèverons. Si on part avec une escorte on videra plus les troupes, donc ça c'est aussi exclu. Je me trompe peut-être mais... Le risque est trop grand. Qu'on t-il a gagner là dedans ? Ils veulent nous exterminer."

-------------------------------------------------

87 Phénix :
Jerynd, malgré la pluie de têtes et de membres qui s'est abattu sur Anwenn, est demeuré
confiant et fort dans son Rêve. Il claudiqua ici ou là sur sa béquille pour rassurer les défenseurs tant que faire se peut de tenir bon et de ne pas donner le plaisir de l'effroi aux forces ennemies. Il s'exprima en ces termes :
- "C'est tout à fait le genre de barbarie habituelle que la Cour utilise contre nous pour nous faire perdre nos moyens... Mes frères, mes sœurs soyez forts et tenez le coup ! Ils ne sont rien... soyons tout !
Jerynd sera ensuite aller voir Falcon pour l'assurer et le soutenir dans sa bonne idée de jouer de la lyre pour le moral des Rêveur, tout en en tentant de lui faire reprendre confiance pour le combat.
-"Tu as raison Falcon. Jouons et dressons un Rêve positif face à la barbarie de nos ennemis. Chantons, dansons ! Montrons que nous sommes là ! Tous ! Chantez, hurlez votre motivation ! Si nous mourrons ici, alors notre exemple se répercutera dans le Rêve à notre mort pour inspirer les générations à venir ! Soyons fier ! Pour le Rêve et la mémoire de Ventari !"
Il aura aussi tenté de rassurer Falcon et de lui redonner confiance pour qu'il poursuive le combat:
-"Falcon... soit fort, nous avons besoin de toi. Je ne sers plus à rien alors avec ma maudite blessure... tu es donc le représentant de la Gardesonge, de plus pense à la mémoire des Erables mon ami." *Il le prendra ensuite dans ses bras amicalement dans un câlin fraternel.*

Après cette séance de détente difficile vu la situation. Jerynd aura ensuite poursuit son jardinage pour se rendre le plus utile possible (nourriture et défense).
Il aura également félicité Zack pour son initiative d'achever honorablement Yrwin et de tenter d'atteindre la nouvelle chef barbare de l'assaut.
-"Bonne idée camarade. Belle tentative !"

Il acceptera aussi volontiers l'aide de Zack pour organiser les défenses, tout en tentant de temporiser l’enthousiasme de ce dernier malgré ses bonnes idées : il leur faut rester philosophiquement Rêveur avant tout.

Jerynd aura aussi tenté envoyer sa petite chouette Givre au Bosquet avec un laaaarge détour par l'Empire des Vents pour prévenir le Bosquet de la situation avec le message suivant : (Lazuli l'aura reçut (la chouette étant dressée pour aller vers sa maman avant tout) pour le transmettre ensuite à qui de droit) :
"Prioritaire message aux autorités du Bosquet : Sommes débordés. Anwenn assiégée, blessés et morts nombreux. Demandons renforts ou aide quelconque. Nouvelle troupe cauch arrivée plus brutale, lutte interne de la Cour a fait morts chez eux. Siège difficile, nous tenons pour le moment. Aide requise urgente.
Capitaine Jerynd.
PS : Pour Lazuli : Je t'aime, je reviendrais, prends soin des enfants."
(A voir si le message passe les lignes et Lazuli étant de très bonne confiance "x10" ce point ne posera pas de soucis en théorie ^^)

88 Phénix :
Arrivé au Refuge de Kraitban avec la cinquantaine de civils et de blessés évacués. Deux courtisans rencontrez sur le chemin éliminés pour ne pas donner l'alerte. Arrivé sur les lieux, Jerynd se sera entretenu avec le capitaine de la Garde du Lion.
"Merci de nous accueillir, nous avons une dette envers vous, le Rêve se souviendra. Certains ont besoins de soins si cela est possible. La situation à Anwenn est préoccupante, le siège est rude et ils pilonnent notre position. Juste avant que nous évacuions ils avaient lancé un assaut frontal, nous avons pu profiter qu'ils étaient occupés pour opérer un retrait des civcils et blessés... Sauver le plus de vies. Mais il va falloir contacter au plus vite nos autres postes. Si nous pouvons vous être utiles dites le nous. Pour les vivres nous avons sans doute plusieurs jardiniers compétents par exemple."


--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Actions pnj

Spoiler : :
Lors du débat "si oui ou non on évacue les blessés", le Capitaine des Protecteurs d'Annwen aura très clairement démontré sa position. Après avoir craché par terre il aura dit haut et fort qu'il ne traitera pas avec les assaillants, les assassins de ses frères et sœurs, ces usurpateurs de territoire libre. Malheureusement, les voix de deux capitaines contre celles d'un protecteur et d'un volontaire ont du peser plus lourd. L'évacuation a été donc refusé, par crainte d'entourloupe et de réduction de la garnison déjà cruellement affaiblie par le siège qui se poursuit


---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Actions Cauch'
Spoiler : :
Doctrine de Feu Yrwin : Guerre psychologique.
Doctrine de la nouvelle cauch' (je ne donne pas son nom, pas tout le monde le sait) : Offensive à outrance

Au tout début de l'aube, au moment où le soleil dardait ses rayon d'argent à travers l'épais manteau nuageux, et que la pluie a laissé place à une petite accalmie. Le ton est monté dans les rangs des cauchemardeux. Le rêve s'est nimbé d'une aura de sauvagerie, de haine viscérale et de courroux. Des clameurs ont pus être entendue, ainsi que des vociférations presque animales, sauvages.

Devant les Protecteurs, un drôle de spectacle s'offrait à leurs yeux, les cauch' s'affrontaient ! Du moins une partie. C'est au bout d'une trentaine de minutes que le "calme" revint. Une Courtisane s'avança dans le No man's land, relativement petite avec une musculature impressionnante, vêtus de peau et de fourrure, le visage couvert de peinture de guerre. Elle se tourna vers ses troupes et les harangua d'un cris, lequel s'est fait soutenir sans l'ombre d'une hésitation.

A ses côtés deux cauch' arrivèrent et plantèrent deux piquets, puis d'autres amenèrent l'émissaire de la veille, cruellement blessé, en piteuse état. Ils l'ont mis à genoux et ont attaché ses mains aux piquets. La sylvari se mis dans le dos de l'émissaire et pris une dague pour inciser l'échine de son prisonnier. Puis, avec une hachette s'occupa de couper autour de la colonne vertébrale sylvaresque. Pour finir, elle tira chaque les zones coupée pour que la cage thoracique côté dos soit totalement à l'air, offrant un spectacle absolument barbare aux rêveurs.*

Courant de la journée, des mortiers végétaux ont été planté également, et les assaillants ont commencé un bombardement. Mais pas à coup de munitions épineuses ni rien. Ils ont envoyé à l'adresse des rêveurs des têtes de Sylvaris, des bras, des jambes et des bustes, scarifié de symboles étranges, d'insultes, de "traitre", de "faibles", de "rêveurs".

Le reste de la journée sera "calme", bombardements de reste de cadavres, onirisme plus virulent que les dernières fois, des cauch' hurlant à la mort à l'adresse des défenseurs. De véritables animaux ont remplacé ceux qui pouvaient être apparenté à de vrais soldats.

Car je ne peux m'en empêcher. Le sifflement rauque des boulets ronds crachés par le feu des batteries de bronze de Kraitban auront tôt fait de disperser les assaillants. Dans des gerbes de boue, de bois et de sève ils s'écrasèrent sur leur point d'impact emportant tout sur leur passage. disloquant les assaillants, les emportant comme des pantins désarticulés. Les tirs durèrent un bon moment, laissant choir un paysage tuméfié et boursoufflé de verrues en fonte fumant, de boue, de membres arrachés, de cadavres mélangés. C'est sur cette visions horrifique que le siège d'Annwen se termine.

Devant tout le bombardement, voyant toute son "armée" fuir aux quatre vent, la chef de guerre s'avança hébété jusqu'au rempart d'Annwen, subissant quelques traits de flèches. Elle s'agenouilla, percée de nombreux traits à plusieurs mètres du second mur, laissant le choix au rêveur de son sort. Son rêve n'est que Barbarie, sauvagerie et massacre, une montagne de crane en est la représentation.

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Chronologie.
Début de la bataille : Nuit du 82 au 83 Phénix 1328.
Spoiler : :
L'offensive Cauchemardeuse a débuté à la faveur de la nuit et de la pluie. Pris par surprise, les rêveurs n'ont eu le temps de réellement sonner l'alerte que les premiers courtisans pénétraient déjà les défenses pour fondre à l'assaut de la ville. Des loups, épineux, des courtisans assoiffé de sang. La bataille tournait au vinaigre jusqu'au moment ou Zack, un silencieux volontaire façonna le mur d'enceinte, en action de la dernière chance. Lequel réussi et rendit le mur presque hermétique, coupant les assaillant en deux. La victoire était alors assurée sur cette première victoire. Mais le cauchemar, loin d'en démordre, se mit à monter le siège.


83 phénix.
Spoiler : :
Dès l'Aube le cauchemar lança une nouvelle offensive. Sous couverture de leurs archers et de leurs fusilliers, les courtisans se sont jeté à l'assaut des murs de ronce dans l'espoir de créer la brèche. Après des heures de bataille acharnée, le mur de ronce commençait à présenter de sérieux dommages, et des petites ouvertures entre les tiges ont permis à quelques fou furieux de se jeter dans les rangs rêveurs. Toutefois, les pertes cauch' se multiplient et l'assaut frontal s'est vue finalement infructueux.

Les rêveurs auront eu de grosses sueurs froides, le mur de ronce n'en peut clairement plus. Le cauchemar aurait réussi à percer s'il avait insisté encore un peu.

84 phénix.
Spoiler : :
De la guerre psychologique, des tirs sporadiques. Ce jour là, les cauchemardeux se sont concentrer à inonder le rêve de leur onirisme néfaste. Une vrai bataille onirique s'est livrée, mais le rêve réussit à rester soudée malgré l'agression perpétuelle. Soudé, mais à quel prix ? Les morts sont toujours empilé, la pluie ne désemplie pas, donc impossible de les incinérer. Pareil devant les murs, les pertes s'entassent, mais les cauch' en on cure.


85 phénix.
Spoiler : :
Dans la nuit, d'énormes masses, portant quelques luminescences ont été aperçus. Des enveloppes du cauchemar ! Dès qu'elles sont arrivés auprès de leurs homologues un assaut a été lancé. Entre temps, le mur de ronce d'Anwenn a été remis en état par jardinage, des pousses de ronces s’entremêlent entre les énormes tiges principales, rendant le barbelé naturel presque infranchissable et absolument pas engageant. Le combat fit rage toute la nuit, l'enveloppe fut mise à mal en priorité et s'écrasa sur le mur, son énorme tête épineuse, criblée de flèches, pend lamentablement côté défenseur.


86 Phénix.
Spoiler : :
Face à la résistance acharnée des rêveurs, celui qui se faisait passer pour leur chef de guerre, un dénommé Yrwin. Proposa une entrevue diplomatique. Falcon s'avança pour parlementer avec l'ennemi. Il fut proposé, contre toute attente, que les blessés rêveurs soient rapatriés plus au Sud. Compte tenue de la menace, encore pire que celle qu'il représente va arriver. Falcon pris la proposition en considération et retourna à Annwen pour en débattre avec les deux capitaines et Zack.

87 Phénix.
Spoiler : :
La proposition a été rejetée. La garnison ne se dépossédera d'aucun défenseur et ils ne prendront le risque de perdre tout les blessés en se fiant à la "bonne parole" d'un cauch'. La "relève" cauch' se fit en grande pompe, combat "fratricide" exécution d'Yrwin et lancé de têtes sur les défenseurs, etc etc...


88 Phénix.
Spoiler : :
A Peine l'Aube point son nez, que les mortiers végétaux des assaillants se sont mis à cracher de véritables projectiles. Les flèches se sont envolé dans les cieux pour retomber dans le village, des cor de guerre se sont mis à résonner, un nouvelle assaut... ceux auront la curiosité de regarder par le parapet verrons que toutes les forces se jettent avancent, une bonne partie sous couvert d'énormes pavois de bois, récupéré sur les arbres alentours, les plus furieux se jettent sur les défenses.


89 phénix. D
Spoiler : :
ans la journée du 89, un rêve venant de Kraitban se fait sentir. Des chants semblable à ceux qu'on peut entendre dans une cathédrale percent à travers l'orage cauchemardeux. Créant une agitation encore plus palpable dans les rangs, certains veulent se jeter sur le fort de la Garde et écraser ce maudit rêve. Il continuera le plus longtemps possible.

Dans la journée, les défenseurs comme Jerynd, du haut de Kraitban, auront pus voir quele siège faiblit en intensité. Troupes épuisées, trop de morts, les deux ? Quoiqu'il en soit les assiégeants se calment...

Breaking news : Un onirisme venant du nord, plusieurs, des chants de cathédrale et des orgues. Un arbre immense aux ramures de feu bleu et une forge au feu vif et aux couleurs froide de l'acier qui rougit sous la chaleur.
Pour une raison que vous ignorez, mais ceux de dehors non, Kraitban a commencé à bombarder les positions cauch' qui assiègent Annwen. Les forces sont disloquées, et se replient au petit bonheur la chance.
"La victoire n'appelle pas d'explications ; la défaite n'en permet aucune."

Alragar : British charr
Malick : traitre et comploteur
Skadi : Bipolaire neurasténique
Vatla : Rêveuse en guimauve
Trixx : Saleté courte sur pattes

Revenir vers « Campagne "De Ronces et d'Epines" »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité