[Prieuré] Fiche individuelle de Sleith

Ce qui est su des personnages au sein des différentes factions auxquelles il ou elle est rattaché(e). Ce contenu est pleinement RP.

Modérateur : Fondateur

Avatar de l’utilisateur
Sleith
Messages : 35

[Prieuré] Fiche individuelle de Sleith

Messagepar Sleith » 08 Juillet 2014, 16:17

Fiche résumée d'identité de Sleith
Sleith
Né le (08/10/2013)
Sylvari, masculin
Elémentaliste, plus précisément géomancien, et Jardinier surdoué
A rejoint le Prieuré très jeune
Chercheur et rédacteur prolifique, auteur de nombreux dossiers sur des thématiques de Jardinage sylvari et sur l'opposition à Ceara dite Scarlet Bruyère
Devenu Explorateur avant l'âge de deux mois, très souvent en déplacement
Tout d'abord rattaché au Prieuré au Bosquet, il a demandé en <janvier 2014> à ne plus être assigné là-bas pour cause de ségrégation anti-Silencieux
Aurait déserté le Camp de la Détermination en <janvier 2015>
Risque une procédure disciplinaire s'il reparaît

Réputation de difficultés à l'intégration sociale. Une accusation de la part des Protecteurs Rêveurs, en <été 2014>, a aggravé le manque de confiance latent qui l'entoure dans l'Ordre.


Investissement bénévole sur le front de Kesse contre l'alliance toxique (décembre 2013)
Spoiler : :
Outre des rapports d'activité sur place rédigés par Sleith, se trouvent les fiches de deux plantes dépolluantes hybridées par Sleith pour faire face à la menace :
Lichens filtrant les spores présentes dans l'air
Roseaux filtrant les spores présentes dans l'eau et dans la terre



Son arrivée en tant qu'aide au camp géré par les Protecteurs et soutenu par l'Escouade des Veilleurs de Caledon :

Sleith, le Jardinier ayant rejoint la veille le campement en tant que volontaire, n'a pas pris de repos sur place, ni n'a non plus quitté son Silence. Il a tout d'abord peaufiné les couches externes et internes de lichens agglutineurs de spores sur les tentes.
A la demande de Calbagh, il a aidé son chien de fougère Sully à faire pousser des lichens directement sur son écorce et ses feuilles, pour protéger truffe, contours des yeux, oreilles et bout des pattes. Le chien de fougère déprimait d'être bâillonné avec un "tissu" de lichens.
Puis il a vérifié l'état des mortiers végétaux lorsque l'attaque a eu lieu - juste vérifié, refusant par principe de forcer une plante à l'état d'arme.
Il a ensuite confectionné un grand nombre de petites serviettes, en fait composées d'un "tissu" double-face de ses lichens poussant sur un entremêlement de brindilles. Chacune rangée dans un petit sachet végétal hermétique. Il en a distribué une à chacun des présents, expliquant qu'il suffisait de se frotter avec pour se décontaminer avant d'entrer dans une zone saine ou après avoir touché quelque chose de spécialement souillé. Il a présenté ces serviettes comme durables pour au moins trois semaines, ne nécessitant aucun soin particulier autre que celui de ne pas les exposer inutilement aux spores dont elles se gorgeraient trop vite. Il en reste une quinzaine dans une caisse, bien rangées dans leurs sachets, au cas où.
Il a accompagné la patrouille d'Iognatan en après-midi, pour aller récupérer un échantillon de la boue la plus souillée possible. Boue qu'il a ensuite versée aux pieds de roseaux modifiés, à la tige devenue tronc boursouflé. Un petit panneau Jardiné devant cette zone - juste en-dehors de la zone purifiée par le purificateur d'air - précise "Ne pas toucher. Expérience." Certains sur place ont pu entendre ses explications au sujet de ces roseaux et de l'objectif.
Sa dernière Oeuvre du jour est la plus visible : une plante aux larges feuilles-toitures au-dessus de la zone centrale du campement, celle où est rangé le matériel. Cette plante est assez typique des avant-postes des Protecteurs qui ont besoin de se faire rapidement une cabane et protège des intempéries. La plante pousse sur un petit tas de Terre riche que le Jardinier avait apportée avec lui la veille.

Image
(ça ressemble à ça, en gros.)

Par dessus ces feuilles-tuiles pousse une couche de lichens agglutineurs, qui cascadent en rideaux pour former les "murs" de la cabane protégeant à présent le matériel. Le purificateur d'air se trouve hors de cette cabane mais son effet passe sans doute facilement le rideau végétal.

Il avait à peine finalisé cela que le convoi du début de soirée est arrivé. Il est reparti avec eux après avoir précisé, au camp, qu'il revenait au pire le lendemain. Le temps de trouver une "graine rare" qui servirait pour une "autre petite idée qu'il a eue". Et sans doute, aussi, le temps de se reposer en dehors de Kesse.


Suite à la chute de la Tour de Kesse :
C'est un Jardinier placide, l'air un peu ailleurs malgré l'urgence de la situation, qui a aidé à refaire pousser des plantes-mortiers après la chute de la Tour et la quasi-destruction du campement. Ce, malgré son vœu de ne jamais Œuvrer sur des plantes pour les forcer à devenir des armes, et sans se plaindre non plus. Les deux Protecteurs-Jardiniers ont participé aussi, s'occupant d'autres mortiers et de quelques tentes végétales, ensuite. Sleith s'est concentré pour refaire la cabane végétale au centre du campement, qui abrite d'une part tous ceux cherchant un peu de repos et n'ayant plus de place dans les tentes - celle des Veilleurs a été littéralement détruite - et d'autre part le peu de matériel qui a pu être sauvé.
Plus tard dans la nuit, Sleith a participé à aider face aux kraits, et a commencé la longue tâche du nettoyage de Kesse. Pousser à la décomposition les ronces envahissantes et planter ses petits roseaux un peu partout dans le campement, pour commencer. Il est ensuite rentré avec le convoi nocturne envoyé en urgence par le Chevalier Veilleur depuis Cathal, convoi réapprovisionnant le camp en éléments de première nécessité : de la nourriture fraîche, deux tonneaux d'eau claire, et du matériel médical pour des blessés végétaux ou non-végétaux. Sans doute, aussi, avait-il grand besoin de repos après tout cela, même s'il n'en a pas spécialement fait mention.


Investissement dans la préservation post-affrontement des écosystèmes :
La patrouille de 18h, composée du groupe de Naira et Iognatan, a été renforcée d'Euluenn, une amie de Falcon et Pum, Jerynd qui semblait avide de s'occuper malgré son état de stress, Sleith qui voulait Jardiner tout au long du parcours à suivre, ainsi que de Pum et Falcon eux-mêmes, laissant des Veilleurs les relayer pour la fin de leur quart de surveillance. Au retour d'Overlac, le groupe a subi une attaque de quatre kraits de l'alliance toxique, et le sous-nombre n'a laissé aucune chance à ces derniers. Le convoi de l'après-midi avait rapporté, en plus des fournitures classiques, des couvertures de survie et des sacs de terreau sélectionné par Sleith. Ce terreau a été mis à profit pour planter de petits roseaux modifiés à chaque berge et chaque coin terreux rencontré par la patrouille.
D'Ireko et d'Overlac, aucune nouvelle spécialement différente de la veille. Overlac souhaiterait toujours que les Rêveurs et leurs alliés se chargent de rapatrier les blessés centralisés au fort vers Caledon. Cela mis à part, les attaques des forces restantes de l'alliance toxique se font moindres : le bruit court que la majorité des survivants ennemis se seraient enfuis. Toujours fidèles à Scarlet ou non ? Le doute demeure. Une certaine quiétude, vaguement morose, semble s'être emparée du campement, en tous cas.
Sleith est reparti avec le convoi du soir, prévenant que d'après ses rapides analyses de l'eau, les spores seraient trop légères pour tomber au fond du lac par décantation, une partie serait donc en train d'être emportée par le courant vers Caledon. Sleith a prévenu qu'il comptait œuvrer au plus possible en amont de la rivière en Caledon, profitant de sa faible profondeur dans cette zone pour y planter d'autres de ses roseaux dépolluants.


Investissement bénévole sur le front du nord de Caledon contre les Héritiers de l'Araignée, une Cour des Cauchemars (janvier 2014)
Spoiler : :
Une copie d'une lettre non scellée, adressée à "Ziléum et/ou tout responsable/impliqué au front nord de Caledon", au Refuge de Kraitban.
L'écriture est fine, soignée, fluide, ce qui contraste avec le style quasi-télégraphique du contenu.


Salutations.

Suite à demande de Croisée Gernoshan, son camarade Charr et recrue Ziléum.
Ai commencé à travailler sur solutions végétales contre Tisseurs.
Préfère rester à Mabon pour cela : cadre calme et beaucoup utilitaires à disposition directe.
Ai emprunté atelier, matériel et matières premières aux commerçants volontaires pour aider.
Ai déjà plusieurs pistes suite à recherches théoriques.
Ai besoin matière premières du nord pour travaux pratiques :
- Terre récupérée proximité ennemi. Attention Terre là-bas = empoisonnée ! --> implique plus compliqué faire pousser plantes.
- Petites araignées capturées pour tests plantes.
- Morceaux de toiles.
Prière de me livrer ces trois éléments au plus tôt.
Dans l'attente,

Sleith


Depuis sa "délicate" réquisition par les Charrs à Mabon, Sleith s'est énormément investi pour ce front. Entre des nuits presque entières au Prieuré au Bosquet à analyser des écrits et étudier des traités et des rapports d'expériences passées, et ses journées à Œuvrer discrètement à son bout d'atelier à Mabon, nul doute qu'il a bien avancé - quoi qu'il soit en train de créer.
L'on a pu voir de nombreuses personnes lui parler au Prieuré du Bosquet. A Mabon, c'est surtout Ziléum et Rieppe qui ont pu approcher de son atelier, et qui en savent peut-être plus.



Puis se trouve une succession de rapports scientifiques.

Axes de recherches : Araneae / Cour des Cauchemars / Dressage / Poisons semi-végétaux / Corruption onirique
Type de document : Rapport de recherches préliminaires.
Numérotation : Ara001
Motif : D'ordre stratégique. Contrecarrer l'incursion d'une Cour des Cauchemars spécialisée en dressage et modification d'araignées, au nord de Caledon.
Daté de l'année 1327.
Rédacteur : Sleith, Explorateur du Prieuré.
Sources : <une longue liste de titres d'ouvrages. Leur localisation est, pour presque tous, située "Affectation de Durmand, Bosquet." Quelques uns de l'Arche. Certains titres se voient même infliger une note acide du genre "fiabilité à reconfirmer", "auteur de qualité passable".>
Note : Ci-dessous, par volonté d'esprit pratique, sont désignées par "A" les Araignées spécifiques de la Cour du Cauchemar actuellement située au Bois de Rowan.


Observations générales des A
Vaste majorité taille minuscule. Empoisonnent à la morsure. Visiblement non-parasitaire, ne pond pas ses œufs dans les victimes. Grandes capacités tissage de soie. Variété inconnue, probablement nouvelle. Quelques ressemblances avec espèces existantes, vérifier que ce n'est pas un pur hasard. Particularité : corrompent le Rêve.

Réflexion 1 : Nourriture et besoins
Araneae, ou Araignées. Ne sont quasiment jamais herbivores, dans la nature.
Cependant, observation : A = capables se nourrir de sève de chiens de fougères et/ou Sylvaris. De plus, A = très actives, tissent beaucoup.
Hypothèse : A ont donc besoin de beaucoup d'énergie. Se nourrissent probablement d'insectes, de viande, de sève de captifs, de sève des dresseurs. Sont sans doute incapables de se nourrir de végétaux ou de sève classique, car substances bien trop peu énergisantes.
---> Remarque stratégique : Possible d'affamer la zone en attirant les insectes en dehors. Planter des "pièges" de fleurs par exemple. Possible également de choisir une stratégie de blocus. Ennemi veut faire trop en se basant sur un territoire trop pauvre. Possible de combiner cette stratégie à d'autres idées pour accélérer processus de victoire.

Réflexion 2 : Variété nouvelle ?
Hypothèse : A sont obtenues par hybridation. Implique Sylvaris.
Eléments de preuve : Seuls les Sylvaris et l'Arbre sont capables d'affecter directement le Rêve. Rien, sinon, n'émet de l'onirisme, ni lieu, ni objet, ni animal, ni même artefact magique. Ces créatures sont donc une aberration liée à une hybridation, ou bien liée plus concrètement que l'on ne le croit à leur dresseur. Peut-être un Courtisan dissimulé par illusions non loin d'elles. Leur émission onirique est forcément faible, calibrée sur un unique signal, et surtout, peu durable.
---> Remarque stratégique : processus forcément hautement consommateur en énergie pour les Dresseurs des A.

Réflexion 3 : Photophobie ?
Vaste majorité des araignées naturelles : actives de nuit. Inactives de jour.
Observations : Les A fuient la lumière. Se terrent dans des lieux plus sombres.
---> Remarque stratégique : Agir de jour. Utiliser lumières fortes. Peut-être une piste pour des plantes utiles à Jardiner : lumineuses.

Réflexion 4 : Froid ?
Hypothèse : Bois de Rowan déjà vidés de leur faune actuellement. Vu les toiles qui arrêtent la lumière, la flore basse doit déjà être anéantie également.
---> Remarque stratégique : Utiliser une magie offensive de froid pourrait être une solution appropriée. Les arbres s'en remettraient, et il n'y a déjà plus rien d'autre dans la zone que le froid abîmerait vraiment trop. A part l'ennemi.

Réflexion 4 : Vaporisation ?
Hypothèse : Comme toutes les araignées, les A doivent sans doute muer. Bloquer ce processus peut suffire à les incapaciter.
---> Remarque stratégique : Dans le même ordre d'idée que le froid offensif, mais en plus incongru. Il serait possible de vaporiser à grande échelle du vernis ou de la colle. Des substances de préférence à base de produits naturels, se résorbant avec le temps, mais suffisamment fine pour s'infiltrer dans les interstices des exo-squelettes des araignées. Il n'y a déjà plus rien d'autre dans la zone que ces vaporisations abîmeraient vraiment trop. A part l'ennemi.

Réflexion 5 : reconstruction post-guerre
Relance du Cycle : ne pas hésiter à laisser sur place tous les cadavres ennemis. Leur matière se doit de revenir là où elle a été prélevée par les ennemis.


Axes de recherches : Araneae / Cour des Cauchemars / Dressage / Poisons semi-végétaux / Corruption onirique
Type de document : Rapport de premières expériences pratiques sur échantillons.
Numérotation : Ara002
Motif : D'ordre stratégique. Contrecarrer l'incursion d'une Cour des Cauchemars spécialisée en dressage et modification d'araignées, au nord de Caledon.
Daté de l'année 1327.
Rédacteur : Sleith, Explorateur du Prieuré.
Sources : Expériences menées personnellement dans un atelier d'emprunt à Mabon. Échantillons de tests récupérés près du Refuge de Kraitban par Veilleurs. Matériel emprunté artisans Mabon.
Note : Ci-dessous, par volonté d'esprit pratique, sont désignées par "A" les Araignées spécifiques de la Cour du Cauchemar actuellement située au Bois de Rowan.
Bilan : Peu de points faibles particuliers repérés pour les A et la toile. Nécessité de pousser les expériences plus loin. Terre peu gravement touchée, écosystème devrait reprendre ses droits naturellement une fois zone libérée. Stratégie conseillée : blocus et action militaire. Solutions Jardinées : peuvent aider, mais de manière annexe.


Mode de vie des A

Nourriture
Hypothèse : A ne peuvent se nourrir que de matières très riches en nutrition. A ne sont donc pas herbivores.
Mode opératoire : Tester de nourrir des spécimens séparés avec : viande de lapin. Feuilles de pissenlit. Goutte de jus de myrtille. Goutte de sève de chien de fougère.
Résultats : Les spécimens ne se nourrissent que des premiers échantillons. Les végétaux, y compris riches en sucre, ne suscitent aucunes réaction. La sève de chien de fougère suscitent une certaine agitation des spécimens, mais pas d'alimentation.

Mue
Hypothèse : A possèdent un exo-squelette comme toutes les araignées, donc A muent.
Mode opératoire : Observation des spécimens capturés, qui sont au nombre de douze, pour voir si l'une finit par muer.
Résultats : Les plus petites araignées muent au bout d'une semaine. Un autre spécimen un peu plus gros mue également. Cependant, aucun spécimen ne dépasse la taille d'une grosse noix pattes repliées.

Photophobie
Hypothèse : A repoussées par lumière.
Mode opératoire : Soumettre un spécimen à de la lumière, plus ou moins forte. De la lumière blanche, puis bleue, puis jaune. Chercher à isoler quelle est la lumière la plus nocive pour A.
Résultats : La lumière ne parait pas affecter les spécimens négativement. Plongées dans le noir, ils tendent à se regrouper auprès de la lumière.

Réaction au froid
Hypothèse : A pas spécialement résistantes au froid.
Mode opératoire : Un spécimen refroidi par un élémentaliste, Sleith lui-même. Quantifier quelle température engourdit A, quelle température détruit A.
Résultats : A 0 degré, le métabolisme du spécimen semble affecté par le froid et ses mouvements sont ralentis. Gelé si exposé suffisamment longtemps à -20 degrés, le spécimen est immobilisé. Mais il faut maintenir le froid un long moment ou une température extrêmement basse - env. -50 degrés - pour provoquer sa mort.

Réaction à la chaleur
Hypothèse : A sont peut-être ralenties par chaleur.
Mode opératoire : Un spécimen soumis à des températures de plus en plus élevées.
Résultats : La chaleur accélère le métabolisme des spécimens et les rend plus agressifs. A partir d'une certaine température estimée à 60 ou 70 degrés, ils cuisent.

Dissection
Hypothèse : A sont-elles similaires à des araignées classiques en interne ?
Mode opératoire : Ouvrir et analyser le spécimen d'araignée mort par froid intense (s'il est mort. Sinon, tuer un spécimen par noyade)
Résultats : Les glandes à venin semblent atrophiées. Celles à soie sont au contraire sur-développées et occupent la majeure partie de l'abdomen.

Répulsifs
Hypothèse : A repoussées par certaines substances.
Mode opératoire : Spécimens exposés à : savon noir à base d'huile de lin, bicarbonate de sodium, extrait de menthe, lavande, ail, feuilles de tomates, marrons, laurier rose.
Résultats : Les substances ne semblent pas affecter les spécimens.


Toiles des A

Réaction au froid
Hypothèse : Givre rend toiles cassantes.
Mode opératoire : Un morceau de toile soumis à du froid de plus en plus intense par un élémentaliste, Sleith lui-même. Quantifier le seuil de température permettant de fragiliser la toile.
Résultats : Le givre ne semble pas bien fonctionner comme fragilisant.

Réaction à la lumière vive / chaleur
Hypothèse : Toiles peuvent être endommagées par lumière et/ou chaleur.
Mode opératoire : Un morceau de toile soumis à lumière très vive. Un autre soumis à températures de plus en plus élevées.
Résultats : La lumière ne semble pas affecter la toile. La chaleur, en revanche, permet d'enflammer la toile et de la consumer. Pas spécialement plus facilement qu'un textile courant.


Terre empoisonnée

Expériences préliminaires de pousse
Hypothèse : L'état de la terre rend le Jardinage plus difficile.
Mode opératoire : Dans des prélèvements de terre, Sleith tente de faire pousser un myrtillier (plante à base de graine), une pousse de pommier (plante à base de pépin), un oignon (plante à base de bulbe), un champignon, un lichen, de la mousse végétale. Chercher à savoir quel type de plante pousse le mieux.
Résultats : L'oignon, le champignon, le lichen poussent plus facilement. Les autres plantes parviennent à pousser mais sont amoindries. Le degré d'empoisonnement de la terre semble, de fait, assez faible, et il est possible de la purifier en la drainant, ou par l'action des plantes qui stockent le poison.
Réutilisation des roseaux de Kesse envisagée. Nécessite zone libérée au préalable.


Type de document : Rapport de création de la variété végétale hybridée Sarraceros aravorus volubilis, dénomination vulgaire "Sarreith".
Numérotation de document : Ara003
Rédacteur : Sleith, Explorateur du Prieuré.
Motif : D'ordre stratégique. Contrecarrer l'incursion d'une Cour des Cauchemars spécialisée en dressage et modification d'araignées, au nord de Caledon.
Objectif précis : Concevoir un outil pour diminuer le nombre de leur armée de mini-araignées.
Contraintes : Respect de l'environnement. Outil que l'ennemi ne pourra pas détourner à son profit. Discrétion, simple mesure d'aide stratégique.
Daté de l'année 1327.

Sources : Expériences menées personnellement dans un atelier d'emprunt à Mabon sous couvert de la meilleure confidentialité possible par mes moyens individuels. Échantillons de tests récupérés près du Refuge de Kraitban par Veilleurs. Matériel emprunté artisans Mabon. Nombreux ouvrages étudiés au Prieuré du Bosquet, cf liste de sources du rapport Ara001.
Notes : Ci-dessous, par volonté d'esprit pratique, sont désignées par "A" les Araignées spécifiques de la Cour du Cauchemar actuellement située au Bois de Rowan.
A noter que les plantes créées ne permettront pas de remporter la bataille mais bien de faciliter une manœuvre onirico-militaire par la suite. Elles sont une solution complémentaire et non pas exhaustive.

Bilan : Sarraceros aravorus volubilis, plante dite "Sarreith" : hybridée à partir de Sarracènes Sarracenia rubra, d'Arums dits "pièges à mouche" Helicodiceros muscivorus et de Chèvrefeuille grimpant Lonicera periclymenum

Résumé du micro-Jardinage effectué

Première phase sur trois jours : base de la variété
Parti d'une variété classique de la famille des Sarracènes pour avoir comme base une plante carnivore facile à hybrider, dotée de petites urnes végétales avec des poils incurvés à l'intérieur pour capturer des insectes.
Ces plantes ont un piège végétal immobile, gardé comme base.
Plante tout d'abord rendue incapable de se reproduire toute seule pour éviter toute invasion incontrôlée.
Plante rendue difficile à Jardiner, en lui donnant, pour résumer vulgairement, un caractère hautain. D'un point de vue biologico-chimique, leur métabolisme a été hautement complexifié de manière à rendre leur modification par Jardinage très coûteuse en énergie, pour éviter que l'ennemi ne puisse la Jardiner trop facilement. Selon expériences, nécessité d'au moins cinq fois plus d'énergie que pour un Jrdinage classique.

Seconde phase sur quatre jours : appât
Observation : les A s'attaquent à ce qui est en viande, pour se nourrir, et sans distinction d'apparence. Leur critère de sélection n'est donc pas visuel.
Restent deux hypothèses : les araignées attaquent pour se nourrir soit en se fiant à l'odeur de viande, soit en se fiant à la chaleur de la proie.
Sarracène hybridée avec une variété classique d'Arum dit "piège à mouches" qui est un végétal capable d'émettre une odeur de charogne. Ai travaillé à rendre l'odeur moins typique de la décomposition, et ai travaillé pour que l'hybride Sarracène-Arum ait un métabolisme accéléré naturellement dans ses urnes carnivores, de manière à ce qu'elles soient légèrement plus chaudes que la température ambiante.
Objectifs atteints après modifications méticuleuses.

Troisième phase sur trois jours : finalisation
Stabiliser la plante : validé.
Modifier teintes pour les rendre plus discrètes : validé. Conservation d'une teinte rouge-brune sombre pour les urnes, cependant, pour rappeler à tout hasard la teinte de la viande. Jamais trop prudent.
Vérifier que le fil de l'A entrant dans l'urne pour se nourrir se prenne bien dans les poils végétaux, pour qu'elle ne puisse ressortir en se hissant le long de son fil de soie : expérience concluante.
Vérifier attrait des A pour les pièges de la plante : expérience concluante.
Hybridation finale: avec une variété de chèvrefeuille, pour rendre la plante carnivore grimpante. Simple aspect pratique pour la faire se propager depuis la lisière de la zone à risque sans devoir s'y aventurer.

Quatrième phase encore en cours : multiplication
Par Jardinage. Prévoir suffisamment de plants pour une réelle utilité sur le terrain.
Estimation primaire : cinq douzaines.

Phase à venir : mise en place sur le terrain et lutte active contre A
Plantes Jardinées dans une Terre extraite du nord. Sauront résister au faible taux d'empoisonnement qui s'y trouve. Nécessité d'être soi-même Jardinier pour les planter convenablement.
Compter digestion d'environ cinq A par urne carnivore simultanément. Temps de digestion : entre deux et trois heures. Renouvelable sans pause.

Phase à venir : retrait manuel
Plantes robustes. Une fois la mission achevée, forte probabilité de devoir les retirer manuellement du terrain pour laisser l'écosystème se rééquilibrer et revenir à un état passé.

Caractéristiques de la plante
Grimpante, rampante.
Teintes discrètes.
Urnes et feuilles très petites.
Urnes légèrement supérieure à la température ambiante par métabolisme accentué pour augmentation thermique. Odeur : mimétisme de celle de la chair animale.
Absence de fleur. Reproduction naturelle impossible. Ne produit pas de rejets non plus.
Jardinage très difficile. Cf faille préprogrammée ci-dessous.
Se plait particulièrement dans les marécages et zones humides.
Hybridations pensées pour rendre résistant au froid et demander peu de lumière.
Espérance de vie naturelle : très longue. Variété évidemment sempervirens.

[L'annexe suivante n'est donc connue de presque personne.]
Point faible préprogrammé
Si on leur donne du sucre à manger dans leurs urnes carnivores, les plantes se laissent Jardiner très facilement, le temps de s'occuper de le digérer.
Vulgairement, il pourrait être résumé que ces dames sont gourmandes.
Il s'agit là, aussi, d'une mesure de précaution : si le Sylvari Jardinier glisse accidentellement son doigt dans l'urne carnivore, les sucs gastriques de la plante vont attaquer l'écorce jusqu'à la faire séver, et le sucre dans la sève fera que la plante relâchera d'elle-même sa "morsure" sur le doigt. Une blessure très superficielle, donc, et nul besoin d'abîmer la plante qui se relâche d'elle-même.
Sans connaître son point faible du sucre, il est donc très, très difficile de Jardiner la Sarreith.


Une nouvelle copie d'un courrier

Salutations.
Résultats contre-expériences finales sur sujets réels : valides.
Solution prête pour déploiement.
Aurait besoin escorte : Protectrice Pum peut organiser ça ?
Aurait besoin assistance Jardiniers : Ziléum Rieppe Gaellym ?
Me trouver à Mabon.
Sleith


Illustration d'un plant de Sarreith prêt à être largué au bord du chemin, si l'on retire le tuteur.

Image

Annexe confidentielle au rapport Ara003
Rédacteur : Sleith, Explorateur du Prieuré

Pour des besoins stratégiques plus précis, une variété symbiotique de Sarreith a été développée.
Presque aucun changement. La plante était déjà prévue pour ne puiser que de l'eau dans la terre, pour éviter qu'elle ne grandisse ou se multiplie naturellement.
Cf Document Ara003 principal, contrainte de non-invasion de l'écosystème par la Sarreith.

Il est possible d'enraciner cette variété symbiotique sur certaines plantes particulièrement malléables. Par exemple les plantes grimpantes servant souvent en architecture des logements Sylvaris.

L'objectif est de faire pousser très vite ces plantes malléables et d'y greffer des Sarreith, pour une mise en place quasi-instantanée d'un large déploiement végétal.
Le lieu de pousse de ce "piège majeur à araignées" est à décider par Ziléum, Recrue des Veilleurs. Sera probablement devant le Fort de Kraitban pour en améliorer la protection et vider la zone de toutes les petites araignées.


Le groupe des Jardiniers, Arty, Ziléum, Gaellym et un Sleith visiblement convalescent suite à un duel d'honneur qu'il n'a que mentionné, s'est rendu en fin de soirée à Kraitban, leurs plantes prêtes pour la mise en place du piège majeur à petites araignées. Arrivés au Fort, ils ont demandé à Naira, Mjolnir et deux Protecteurs de les couvrir depuis les hauteurs de la tour ouest du fort, pendant qu'ils Jardineraient comme prévu des plantes pour, semble-t-il, protéger d'autant mieux la zone du Fort.
Les rumeurs disent qu'avant même le début du Jardinage, Naira, qui avait repéré un mouvement du côté ennemi de la rivière, serait tombée accidentellement de la tour, accueillie par un coussin de boue de Sleith... Mais surtout par un flash de magie rose, comme une téléportation d'envoûteur. Flash dans lequel elle se volatilisa. Sa présence onirique la situait du côté ennemi de la rivière. Arty, n'écoutant que son courage, et non pas Sleith qui préféra lui faire remarquer qu'ajouter des otages et se mettre volontairement à portée de cette magie n'était peut-être pas une idée des plus pertinentes, se dirigea donc vers la présence de Naira, vers la zone infestée, face à des Protecteurs au bas mots hésitants.

Sleith a laissé les plantes sur place et a planté - métaphoriquement - le groupe. Il est passé devant Kraitban pour notifier qu'une jeune pousse se rendait en lisière de la zone ennemie, et a quitté les lieux avec force marmonnements, au sujet du fait qu'il ne s'était aucunement porté volontaire pour autre chose que le Jardinage, qu'il ne s'associerait pas à une telle idiotie congénitale - avant de se reprendre sur le terme de "congénital"... Et de disparaître dans la forêt au sud d'Anwenn, l'air définitivement blasé, abandonnant le reste du groupe à un sort que d'autres rumeurs décriront peut-être.


Une lettre parvenue au Prieuré, à Lornar (fin janvier 2014)
Spoiler : :
Magistrat,

suite à deux vastes missions en tant que bénévole auprès des Rêveurs,
je souhaite dorénavant ne plus avoir à m'investir à leurs côtés.
Très déçu par l'entourage que j'ai dû plutôt subir qu'apprécier.
Étant Silencieux, la majorité d'entre eux m'exclut ou me méprise,
et ce quel que soit mon degré d'investissement pour notre cause commune,
mon sérieux, mon dévouement à la tâche.
A leurs yeux, je ne suis encore et toujours qu'un inférieur à leur service.
Éternel suspect. Guère mieux qu'un esclave.
Leur ingratitude a achevé ma motivation à m'intégrer parmi eux.
Quoi que je fasse, ils ne considéreront jamais que j'aie fait mes preuves.

Je fais donc le choix de ne plus subir les préjudices de cette ségrégation ethnique.

Salutations,

Explorateur Sleith


Suite à l'attaque sur l'Arche du Lion par les forces conjointes de Scarlet Bruyère (février 2014)
Spoiler : :
Sleith, après un jour passé au camp de réfugiés à la Marée Sanglante en compagnie d'Hanaraka, Falcon et Siedhe le Skaald Rouge, a rallié le Prieuré par Montgolfière en étant mobilisé par l'Ordre. En effet, le jeune Silencieux est passé très tôt au grade d'Explorateur grâce à ses multiples écrits de recherches et d'études, majoritairement consacrés à Scarlet, Kesse, les spores, l'alliance toxique ; il ne pouvait qu'être mobilisé vu la situation actuelle. Il s'est arrangé pour demander à ce qu'Hanaraka, Falcon, et Cappaeriel qui les avait rejoints entre temps par bateau, puissent venir avec lui dans la Montgolfière pour qu'ils ne restent pas coincés à la Marée Sanglante.

Une fois aux quartiers du Prieuré, Sleith s'est isolé, semble-t-il toujours aussi peu doué pour s'intégrer. Extrêmement actif et impliqué, comme à son habitude, il a surtout étudié des livres de psychologie et des rapports de recherches telluriques d'ampleur, rédigés par de grands géomanciens. Il a fourni à ses supérieurs un rapport de recherche blindé d'hypothèses concernant la suite du plan de Scarlet, puis a demandé à pouvoir repartir en Caledon. En effet, le manque de soleil et les températures rudes à Lornar commençaient à l'affecter, ses jardins-de-poignets se flétrissaient à vue d’œil. Il s'est engagé à aller faire ce qu'il sait faire de mieux : vadrouiller et trouver les plantes utiles pour la situation. Il a précisé qu'il serait plus ou moins joignable via le Prieuré du Bosquet et est parti en montgolfière vers Gendarran cette nuit, du jeudi au vendredi. Son passage par le portail du Fort des Veilleurs vers le Bosquet fut recensé peu après.

Pour ceux se renseignant le mieux, il paraîtrait que Sleith aurait été pris en charge par une guérisseuse à Lornar pour un suivi de surdité temporaire, dû à une explosion essuyée de trop près lors de l'attaque de l'Arche.


Titre : "Flux telluriques : analyse du quadrillage par sondes"
Numérotation : ScaBru057
Type de document : Rapport d'investigation
Domaines : Réseau de sondes terrestres, quadrillage des flux, géomancie, cartographie
Motif : D'ordre stratégique. Contrecarrer les plans de la Sylvari Ceara, auto-désignée par Scarlet Bruyère.
Daté de l'année 1327.
Rédacteur : Sleith, Explorateur du Prieuré.
Sources : Rapports d'autres explorateurs sur des sujets connexes à Scarlet Bruyère <liste de noms jointe>, rapports de Géomanciens <liste de nom jointe> et observations personnelles.
Note : Ci-dessous, par volonté d'esprit pratique, est désignée par "SB" la Sylvari Scarlet Bruyère.

Description des sondes :
Disposées de manière adéquate pour un quadrillage tyrien.
Capables d'émettre des vibrations physiques et magiques.
Capacité de profondeur d'écho exacte inconnue, néanmoins importante.
Durée d'utilisation de ces sondes par SB : entre deux et trois mois.

Inconvénients rencontrés pendant le processus d'étude :
Les héros auto-déclarés voulant arrêter SB ont eu tendance à détruire les sondes plutôt que de prélever du matériel en état d'être analysé.
Les sondes tendent à réveiller par vibration ce qui est enterré et qui se révèle souvent agressif. CF document ScaBru056 : "Guivre tricéphale géante, dommage collatéral ?"

Comparaison avec d'autres études :
Les études géomanciennes approfondies ont déjà révélé des lignes de flux telluriques par le passé.
La nature des flux actuellement étudiés semble différente. Mention "d'énergie draconique" par SB. CF document ScaBru053 : "Thaumanova
La profondeur de recherche des flux semble supérieure à tout ce qui avait été mis en pratique jusque là.

Hypothèse 1 : "Energie draconique" est potentiellement un abus de langage pour désigner une énergie très puissante. L'Enqueste semblait parler "d'énergie du Chaos".
Hypothèse 2 : "Energie draconique" est potentiellement à prendre littéralement.

Hypothèse 3 : SB chercherait un nœud dans les flux. Un nœud plus puissant que celui sous Thaumanova.
Hypothèse 3.1 : Volonté potentielle de créer une arme grâce à l'explosion de cette confluence.
Hypothèse 3.2 : Volonté potentielle de se servir de cette confluence comme source d'énergie.
Hypothèse 4 : SB chercherait le point d'origine de ces flux et non pas un nœud.
Hypothèse 4.1 : Entité divine ?
Hypothèse 4.2 : Artefact ?
Hypothèse 4.3 : Dragon ?

Bilan : Le quadrillage tellurique laisse penser que ce qui va être découvert sous terre est d'envergure.
Nécessité d'étudier :
- La nature probable de ce qui va être découvert : analyser via un autre domaine. Psychologique ?
- Temps de forage = temps restant pour se préparer à faire face.


Titre : "Forage dans la baie de l'Arche"
Numérotation : ScaBru058
Type de document : Rapport d'investigation
Domaines : Mécanique, géomancie
Motif : D'ordre stratégique. Contrecarrer les plans de la Sylvari Ceara, auto-désignée par Scarlet Bruyère.
Daté de l'année 1327.
Rédacteur : Sleith, Explorateur du Prieuré.
Sources : Rapports d'autres explorateurs sur les forages draguerres <liste de noms jointe>, observations des équipes de secours à l'Arche et observations personnelles. Document faisant suite à ScaBru057 : "Flux telluriques : analyse du quadrillage par sondes"
Note : Ci-dessous, par volonté d'esprit pratique, est désignée par "SB" la Sylvari Scarlet Bruyère.

Comparaison technologique :
En croisant les données d'études de géomancie antérieures et l'analyse technique des sondes, il est estimé qu'il faudrait deux ans, avec des moyens technologiques draguerres, pour atteindre la profondeur testée par les sondes de SB.
Avec les moyens technologiques de SB : donnée inconnue, tentative de recouper les informations de manière indirecte.

Description du processus de forage :
Foreuse aéroportée. Technologie d'origine : Enqueste. Sans doute croisée avec le savoir technologique Draguerre. CF documents ScaBru23 : "Alliance de la Fusion : peut-on parler de technomagie ?" et ScaBru039 : "Etherlames : la valeur ajoutée de la dextérité à la technologie".
Forage mécanique avec rejet des débris en zone adjacente, après les avoir faits remonter dans la structure aéroportée.
Forage sous-marin.

Inconvénients rencontrés pendant le processus d'étude :
Zone en guerre.
Miasme mortel opaque empêchant observation efficace à la longue-vue.

Obstacles potentiellement rencontrés par SB :
Inondation du puits de forage
Usure de la mèche de forage qui n'a à notre connaissance ni remplacement ni possibilité de maintenance : si la mèche était relevée, l'eau s'engouffrerait dans le puits en le rebouchant de débris, l'aspiration dans l'eau étant par nature plus efficace que celle dans l'air, d'après le coefficient de frottement.
Intempéries déséquilibrant la partie aérienne de la foreuse.
Si retrait de la mèche de forage, effondrement final des paroi du puits de forage dû à sa très grande profondeur.
Attaque du Pacte et autres forces alliées.

Suggestions de solutions directes contre la foreuse et estimation de faisabilité :
Manœuvre aérienne : 2% de réussite. Suprématie aérienne ennemie.
Infiltration d'une équipe sous-marine pour insérer dans les débris creusés et remontés dans la mèche un engin explosif destiné à s'enclencher une fois hissé par la mèche foreuse jusque dans la structure mère : 18% de réussite. Défense ennemie efficace et remous marins rendant difficile l'approche de la mèche et le fait d'y caler quelque chose.

Bilan : Estimation temporelle de durée de forage difficile. Raisonnablement : entre trois semaines et deux mois. Estimation de possibilité d'annulation du forage : quasi-nulle.
Suggestion : se préparer à la suite sans sacrifier plus de moyens pour l'instant.


Titre : "Nature présumée de l'objectif du forage : un présage de la fin du libre arbitre sylvari ?"
Numérotation : ScaBru059
Type de document : Rapport de réflexion
Domaines : Psychologie, Onirisme
Motif : D'ordre stratégique. Contrecarrer les plans de la Sylvari Ceara, auto-désignée par Scarlet Bruyère.
Daté de l'année 1327.
Rédacteur : Sleith, Explorateur du Prieuré. Sylvari.
Sources : Ouvrages de psychologie <une liste de titres et d'auteurs, dont plusieurs axés sur la schizophrénie>. Rapports de recherche du Prieuré à la cachette présumée de Scarlet Bruyère située à Lornar. Document faisant suite à ScaBru057 : "Flux telluriques : analyse du quadrillage par sondes"
Note : Ci-dessous, par volonté d'esprit pratique, est désignée par "SB" la Sylvari Scarlet Bruyère.

Hypothèse 1 : SB est atteinte d'un trouble mental pathologique, se persuade d'entendre des voix, et elle-même ne sait pas vraiment vers quoi elle creuse.
Si cette hypothèse se valide, cela implique que toute recherche rationnelle et scientifique à ce propos n'aura aucune pertinence. Néanmoins, par prudence, il est important de considérer les autres hypothèses pour se préparer à la dangerosité des conséquences potentielles.

Hypothèse 2 : SB est atteinte d'un trouble mental pathologique, la voix n'est autre qu'une partie d'elle-même et elle ne se rend pas compte qu'elle suit simplement l'équivalent cauchemar d'un Appel, d'une Grand'Chasse destructrice.
Hypothèse 3 : SB est atteinte d'un trouble mental pathologique, mais la voix qu'elle entend provient bien d'une source distincte d'elle-même.

Si l'on additionne ces deux hypothèses :
Hypothèse 2+3 : Il n'est pas impossible que SB soit la première Sylvari à déceler ce qui formule un Appel onirique. Tout Appel est peut-être l'oeuvre d'une telle "source distincte".

Note : Contrairement à une idée fort répandue, l'Arbre Clair ne maîtrise pas le Rêve, n'est pas capable de contrôler des Appels, bien qu'elle soit capable de grandes choses : communiquer des sentiments à distance à ses enfants Rêveurs, par exemple pour les encourager à revenir la rencontrer. l'Arbre Clair elle-même se désigne par Gardien du Rêve et non pas Maître du Rêve.

Observation : Si l'on valide l'hypothèse 3, SB la désigne comme une entité douée de conscience, qui en vient à penser à sa place. Notons également le fait que SB est du Cauchemar selon le sens même du terme, bien qu'elle ait revendiqué se trouver au-delà.
Hypothèse 3.1 : La "source distincte" pourrait être une entité capable de contrôler le Cauchemar.
Cependant, de vieux témoignages de guérisseurs au Bosquet laissent penser que SB entendait déjà la voix alors qu'elle était une jeune pousse Rêveuse.
Hypothèse 3.2 : La "source distincte" pourrait être une entité capable de contrôler le Rêve dans son ensemble.

Si la réflexion est poussée encore un pas plus loin, rattachant l'hypothèse au grand mystère de l'apparition des Sylvaris et du Rêve présenté comme nous étant antérieur :

Hypothèse 3.1.1 : La "source distincte" pourrait être une entité capable de contrôler le Cauchemar ET pourrait en être l'origine.
Hypothèse 3.2.1 : La "source distincte" pourrait être une entité capable de contrôler le Rêve dans son ensemble ET pourrait en être l'origine.

A noter que :
Il semblerait que SB désigne parfois les voix au pluriel : possibilité de plusieurs entités conjointes.
SB cherche à confronter cette entité, tout porte à croire qu'elle fore pour cela.
SB a parlé d'énergie draconique, CF ScaBru053 : "Thaumanova"

Hypothèse finale : L'entité potentiellement à l'origine du Cauchemar, ou de tout le Rêve, et capable de contrôler le Cauchemar, ou tout le Rêve, pourrait être un dragon enterré sous l'Arche.

Conséquences hypothétiques :
Son réveil pourrait décupler son influence.
Les Sylvaris du Cauchemar serait potentiellement plus sensibles à son influence, au vu de la nature des actes commis par SB.

Bilan : Si cet axe de réflexion devait se révéler pertinent, c'est bien tout le libre-arbitre sylvari qui risquerait d'être remis en question.
Il n'y a aucun moyen de prévoir les détails : nature du contrôle de l'entité sur l'onirisme ? Délai de résistance d'un esprit Sylvari avant de lui céder tout contrôle ? Potentiellement immédiat.
Suggestion : Le Silence. Nul Silence n'est cependant absolu, le Lien tend à réapparaître si des exercices mentaux réguliers ne sont pas effectués. Une entité capable de contrôler l'onirisme pourrait même être capable de forcer un Silence à céder. Comment pourrions-nous savoir ?

Je suis peut-être alarmiste. Probablement. Je l'espère.
Mais les derniers qui ont désigné les clairvoyants et les perspicaces par "alarmistes" se trouvaient à l'Arche.
Et ils sont à présent en cendres ou contaminés par le miasme.
Avons-nous le luxe de prendre un tel risque ? De croire un danger trop énorme pour être vrai ?
J'ai rarement autant souhaité me tromper. Mais l'inaction n'est pas une option.


Quelques nouvelles (24 mai 2014)
Spoiler : :
Sleith, Explorateur du Prieuré, jeune mais néanmoins prolifique auteur d'écrits dans des domaines scientifiques - surtout végétaux - n'est plus passé en personne à la Cosse du Prieuré, depuis quelques temps. Il fait néanmoins parvenir ses écrits les plus récents à divers succursales du Prieuré, un peu partout en Tyrie. Au gré de ses voyages, semblerait-il. Des copies en finissent toujours au Bosquet, qui reste le point d'attache de ses publications.
Si l'on s'y intéresse de plus près, il s'agit principalement de rapports de micro-Jardinage expérimental, dont une revendication de paternité sur la création d'une mousse végétale hybride et modifiée désignée par "Nourricière", qui serait une plante novatrice à fonctionnement collectiviste, décrite comme un réseau de petits végétaux dorés capables de mettre en commun les éléments nutritifs de l'air, de la terre, ainsi que l'eau, qu'ils absorbent. Le dossier fait état de spécimens figés dans de la résine, stockés aux quartiers généraux de l'Ordre.
Il y a aussi un bref dossier d'étude sur l'importance des teintes dans le règne végétal, qui semble retracer et approfondir un cours qu'il aurait donné à Astorea et qui offre des conseils précis aux Jardiniers concernant la pertinence du choix des coloris des feuilles. Des rapports de travaux sur des végétaux propres à favoriser la guérison, particulièrement des cocktails algaux au fonctionnement symbiotique. Des théories sur des méthodes de gigantisme végétal inspirées... de micro-Jardinage. Des essais plus généralistes et plus teintés de philosophie sur la théorie de la relativité des échelles de tailles, et, étonnamment, sur des théories très propres mais complètement irréalistes de mécaniques sociales. Ce dernier sujet n'a pas l'air fait pour Sleith, un lecteur avec un bon sens de recul pourrait presque trouver l'écrit drôle ou apitoyant, tant il est trop sérieux et trop logique.


Mise en accusation, disparition, puis retour en poste (de l'été 2014 à décembre 2014)
Spoiler : :
Sleith se retrouve en situation d'accusation d'agression sur une Rêveuse.
Après plusieurs mois sans nouvelles, il réapparaît néanmoins aux quartiers généraux du Prieuré dans l'objectif d'éclaircir sa situation et de reprendre un service actif au sein de l'Ordre, ce qu'il parvient à obtenir.
Les détails de ce dossier sont consultables par les membres de confiance dans la Guilde, les Protecteurs, et les membres du Prieuré.


Disparition finale <fin janvier 2015>
Spoiler : :
Assigné, ou plutôt mis au placard sur un poste très frustrant au Camp de la Détermination, Sleith a consacré quelques semaines à son rôle de prévention des risques topographiques. Il n'est finalement jamais revenu d'une ronde de vérification géomancée des hauteurs du camp. La brève enquête pour déterminer son sort n'a relevé aucun indice d'un accident ou d'agression. Il n'a pu être contacté nulle part pour la mobilisation pour l'assaut contre Mordremoth. Le Prieuré le considère comme déserteur et il risque une procédure disciplinaire s'il reparaît - si tant est qu'il soit encore vivant. Nul au Prieuré ne l'a regretté, et s'il laisse derrière lui des écrits de haute volée, ses anciens collègues retiennent surtout son inaptitude sociale.
Avatar de l’utilisateur
Cypries
GM à la retraite
Messages : 3235

Re: [Prieuré] Fiche individuelle de Sleith

Messagepar Cypries » 03 Mars 2016, 23:18

(Mise à jour du dossier)

Disparition finale <fin janvier 2015>
Spoiler : :
Assigné, ou plutôt mis au placard sur un poste très frustrant au Camp de la Détermination, Sleith a consacré quelques semaines à son rôle de prévention des risques topographiques. Il n'est finalement jamais revenu d'une ronde de vérification géomancée des hauteurs du camp. La brève enquête pour déterminer son sort n'a relevé aucun indice d'un accident ou d'agression. Il n'a pu être contacté nulle part pour la mobilisation pour l'assaut contre Mordremoth. Le Prieuré le considère comme déserteur et il risque une procédure disciplinaire s'il reparaît - si tant est qu'il soit encore vivant. Nul au Prieuré ne l'a regretté, et s'il laisse derrière lui des écrits de haute volée que résume le présent dossier, ses anciens collègues retiennent surtout son inaptitude sociale.

Revenir vers « Dossiers des personnages »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invités