Les Veilleurs, côté Bosquet

Archives de la campagne RP-pve de février-mars 2014.

Modérateur : Fondateur

Avatar de l’utilisateur
Cypries
GM à la retraite
Messages : 3235

Re: Les Veilleurs, côté Bosquet

Messagepar Cypries » 13 Mars 2014, 18:09

Les Veilleurs de l'Escouade de Caledon rentrent au Bosquet à midi, ce jour. C'est peu courant de leur part. Ils sont d'habitude bien occupés jusque tard le soir...

Voilà bien plus d'une semaine que les Veilleurs n'ont plus besoin de rapatrier de réfugiés. Ceux logés au Bosquet et aux environs sont parfaitement pris en charge par les Protecteurs. Les camps se vident, nombre de réfugiés ont déjà trouvé une nouvelle vie. Ceux qui restent sont principalement ceux qui espèrent que l'Arche soit bientôt libérée et en reconstruction, car ils comptent bien aller y participer. Les quelques Asuras âgés restent pour l'instant dans le flou quant à leur futur, constituant les derniers problèmes en suspens en terme de réinsertion socio-professionnelle.

Et ils ont l'air épuisés, ces Veilleurs. Plus que d'habitude.

Il y avait donc moins besoin de logistique d'arrière-front, tâche à laquelle s'était jusque là dévouée l'Escouade de Caledon. Les registres concernant les réfugiés étaient d'une propreté exemplaire. Ces Veilleurs n'avaient rien à cacher. Et ces Veilleurs devaient continuer de se rendre utiles. Vu la stratégie globale du Pacte et de la Garde du Lion, stratégie de reprise de l'Arche et de, si possible, faire cesser le forage de Scarlet, c'est sur l'avant du front qu'ils étaient à présent appelés. Et de plus en plus souvent. Au Bosquet demeuraient Illien et Calbagh, ce dernier étant encouragé par Cypries à mettre de côté ses Devoirs de Recrue, temporairement, le temps de répondre à son Appel dans le Rêve.

Et ils sont blessés, ces Veilleurs. Et... moins nombreux qu'à l'aller.

Les premières missions sur le terrain se passèrent sans dommages graves. Le sauvetage de Lazuli et du reste de son groupe de rescapés, par exemple, se déroula sans accroc. Puis des manœuvres plus mineures furent également menées à bien. L'Escouade de Caledon, peu nombreuse, parmi les plus récemment créées dans l'Ordre, et habituée à d'autres terrains, se voyait attribuer des objectifs quotidiens relativement mesurés tels que le rapatriement de blessés de guerre, la défense des routes "sécurisées" pour se déplacer dans les zones déjà "reprises" dans l'Arche - termes à relativiser, évidemment - et le soutien logistique des troupes stationnées sur place. Ce jour-là se déroulait une mission de cette dernière catégorie...

Le front de l'Arche prenait des allures de guérilla. De jour en jour, la carte était mouvante, les limites territoriales incertaines, les informations fraîches parfois contradictoires. Dans cette mélasse stratégique, l'Escouade de Caledon, souvent séparée en deux sous-groupes, se chargeait du rôle d'huiler les engrenages logistiques de la vaste machine du Pacte. D'essayer, du moins. Au grand désarroi du Chevalier Gernoshan qui aurait préféré un rôle plus actif et exposé.

Son souhait se voyait de plus en plus exaucé, cependant. Ils avaient beau être une petite Escouade assez récemment formée, ils avaient les qualités des Rêveurs avec lesquels ils vivaient depuis des mois : solidarité, cohésion, et détermination. Leur fiabilité les mena jusqu'à des missions de plus en plus délicates et de plus en plus cruciales. Ce jour, leur objectif était d'aller approvisionner un "nid" du Pacte dans les hautes constructions juste au nord de ce qui avait été la taverne du Qwaggan Piwate. Un nid discret de tireurs d'élite idéalement placé, qui tenait depuis plusieurs jours déjà et s'occupait de clairsemer à distance les rangs ennemis. L'idée était de leur fournir deux mortiers charrs, de l'artillerie sol-air, pour qu'ils puissent, à terme, nuire aux troupes ennemies aéroportées. Tout en profitant du passage pour remplir leurs stocks de munitions, d'eau, de rations impérissables, de filtres à respirateurs. Une mission non décisive, mais propre à donner un avantage stratégique non négligeable.

Cela impliquait de passer par le quartier où se trouvait auparavant l'excavation organisée par le Prieuré de Durmand. Une zone découverte, peu sûre, presque impossible à reprendre définitivement aux mains ennemies... Et cela impliquait de ne pas se laisser repérer par des yeux ennemis, ou du moins de ne pas les laisser repartir vivants, sous peine d'éventer la position du nid. Déplacer des mortiers impliquait de toutes façons une discrétion au bas mot toute relative.

Le groupe se composait tout d'abord de plusieurs Croisés. Roerik, le Charr élémentaliste qui s'était déjà rendu fort utile à Kesse pour repousser les spores en suspension dans l'air, et Sigbjorn, le Norn massif qui avait entre autres actes de bravoure aidé à évacuer le groupe de Lazuli, s'occupaient de porter les mortiers et le matériel rattaché. Le Sylvari Damian, l'archer d'élite qui, jusque là, s'occupait de distribuer le courrier des réfugiés en Caledon, ainsi que Sikrieria et Caïwen, deux Humaines expérimentées en combat de proximité, se trouvaient là pour couvrir les porteurs. Le Maître de Guerre Cypries, secondé par le Chevalier Gernoshan, guidait la troupe.

[Musique]

Les Veilleurs progressaient entre les ruines, aussi rapides qu'ils le pouvaient. D'au loin leur parvenaient les échos d'une bataille majeure, sur la grande place de l'Arche. Il n'y avait plus qu'à espérer que l'attention ennemie soit suffisamment focalisée là-bas... et que les troupes alliées l'emportent tout de même.

Cypries, aux mains nimbées d'un très léger halo de magie bleutée, ouvrait la marche et Gernoshan, masse d'arme et bouclier prêts, la fermait. Seules quelques créations métalliques étherlames avaient été croisées jusque là, suffisamment isolées pour être détruite sans se faire trop remarquer. Il ne leur restait plus qu'un espace découvert à traverser pour parvenir à leur objectif. Une dernière ligne droite qu'ils traversèrent au pas de course, portés par la magie d'Air de Roerik, sous un ciel rempli de fumée de l'incendie de l'Arche qui n'en finissait pas, amoindrissant dangereusement la visibilité.

Par chance, aucun obstacle inattendu ne se dressa. Ils se regroupèrent à l'abri, en contrebas du nid, parmi les débris calcinés de ce qui avait été des habitations. Deux Agents des Soupirs sortirent de l'ombre pour les accueillir. Ereintés mais efficaces, ils firent monter le matériel au nid par un ingénieux système de poulies. Quelques mots furent échangés. Brefs et sans fioritures. Un salut formel, puis la troupe de Veilleurs s'en repartit. Au loin, les échos de la bataille sur la grande place s'étaient tus.

Toujours aussi organisés, les Veilleurs progressèrent en bon ordre, d'abri en abri, forçant le rythme de la marche dès qu'il fallait traverser ces oppressantes zones découvertes. Jusqu'au moment où quelque chose d'extrêmement imposant s'abattit du ciel sur eux. Il s'agissait d'une gigantesque factionnaire métallique, équipée d'un marteau grand comme un mât. Et elle venait de bondir sur eux, pile sur Sigbjorn qui, tout Norn et tout imposant qu'il était, n'eut même pas le temps de souffrir sous son pied. Le reste de la troupe fut repoussé par l'onde de choc de l'impact et s'effondra au sol. La chose éleva son marteau dans un grand crissement de ses articulations métalliques, et marqua un large mouvement circulaire pour les balayer. Cypries, qui se trouvait en tête de la trajectoire de l'arme, eut à peine le temps de mobiliser sa magie. L'arme gigantesque brisa le sanctuaire défensif tout juste formé aussi facilement que s'il n'y avait eu que de l'air, traversa l'égide lumineuse en-dessous, défonça le bouclier de Veilleur sans épargner le bras qui le portait. Ce triple choc suffit à dévier l'arme juste assez haut pour que la fin de son mouvement ne fasse que raser les têtes du reste de la troupe... Et suffit à envoyer rouler le Gardien un peu plus loin, sonné, aussi solide son bois fut-il.

Il ne survivrait pas à une seconde attaque. Par instinct, par réflexe, Cypries se dépêtra de son bouclier défoncé en tranchant sa sangle, puis chercha assez de souffle pour formuler...

- RETRAITE !

... Ce que hurla le Chevalier Gernoshan à sa place, de sa forte voix de Charr. Si Cypries tombait, elle relayait. Il ne s'agissait sans doute pas de l'ordre qu'elle aurait préféré avoir à dire, vu le grognement qu'elle lâcha ensuite, mais vu la situation actuelle, il s'agissait de fuir ou de mourir.

Cypries tenta de se relever, sans grand succès.

- CYPRIES!

Cria la Croisée Sikrieria en direction du Maître de guerre qui gisait maintenant au sol, ne bougeant plus, mais pourtant encore vivant.

- Croisée Caïwen! Avec Moi!

Cria-t-elle dans une tentative dangereuse d'aller chercher le plus haut gradé de leur escouade. Elles arrivèrent à lui et les deux soulevèrent de mains fermes le corps en souffrance.

- Tous pour un. Jamais Seul.

Furent les seules paroles qui purent faire figure de compassion et de réconfort pour le Maître de Guerre. La Croisée très peu douée en la matière, mais faisant un effort minimaliste pour le garder conscient en égrainant quelques mots. Un être conscient est un être souffrant, mais qu'on sait vivant.

La gigantesque factionnaire de métal prenait déjà l'élan de son prochain coup. Damian désigna à Gernoshan l'entrée toute proche d'un souterrain de l'Arche. Le Chevalier y ordonna le repli et tous coururent à en perdre haleine, Cypries presque traîné par les deux Humaines qui prirent le risque de ne pas l'abandonner là. Laissant derrière eux ce qui restait de Sigbjorn. Ceux loin du front qui perdaient un proche ne se rendaient pas compte de leur chance quand le corps pouvait être rapporté. Une boucherie telle que l'Arche en laissait rarement l'opportunité.

Le coup suivant du marteau disproportionné impacta non loin de l'entrée du souterrain, dont la roche s'effondra sur eux. Nul ne fut épargné par l'éboulement, mais nul autre ne fut blessé à un point aussi grave que Roerik qui y perdit sa queue et sa patte gauche, qu'il fallut sectionner pour le dégager des décombres. Cypries était encore bien trop secoué pour parvenir à utiliser ce qui lui restait de magie de guérison. Il incomba à Gernoshan de trancher et à Caïwen de placer les garrots pour maintenir leur compagnon d'armes en vie – on se découvre de nouvelles compétences en situation d'urgence – puis il fallut se remettre en mouvement, trouver un itinéraire pour ressortir à l'air libre, rôle dans lequel Damian excellait, heureusement. Roerik soutenu par Gernoshan, et Cypries par les deux Humaines qui se relayaient.

La sortie du tunnel se fit de peine et de misère, transportant deux blessés graves sur les six Veilleurs encore en vie. Ils sortirent, marchant platement pour se diriger d'un endroit sécuritaire à un autre, mais un dernier obstacle se fit entendre par une série de craquements métalliques distinctifs : ils avaient été repérés, et un groupe d'Etherlames venait d'être largué depuis un dirigeable ennemi. Les Veilleurs, tapis dans leur couvert de fortune, ne voyaient pas où ils se trouvaient, mais chose était sûre, eux savaient où ils se trouvaient. S'ils ne réagissaient pas, ils allaient tous y laisser leur peau – ou leur écorce.

Le Chevalier Gernoshan surgit hors du couvert, bouclier brandi devant elle, solidement caparaçonnée dans son armure lourde. Plusieurs coups de feu retentirent et quelques projectiles ricochèrent sur le métal protecteur de la Charr, sans dommages heureusement. Deux brefs ordres furent grognés, et immédiatement obéis. La Croisée Sikrieria récupéra le fusil porté dans son dos, se cala juste derrière Gernoshan, profitant de sa protection pour aligner des tirs aussi précis que possible. Pendant qu'elles détournaient l'attention, Damian courut jusqu'au lieu couvert suivant. Caïwen lui emboîta le pas, un bras passé sous les épaules de Cypries pour le forcer à tenir le rythme de la course.

Suite aux tirs de Sikrieria, un ''Uuurg!'' lointain résonna, sonnant la fin de carrière d'un ennemi, mais un cri strident ''AAAArhg..'' fut mieux perçut par les oreilles présentes. La croisée Sikrieria lâcha son fusil, tomba à genoux, l'épaule droite percée d'un côté à l'autre, le bras droit pendouillant mollement le long du corps de la femme soldat. L'ennemi encerclait les deux restées derrière, ainsi que Roerik, qui gisait inconscient. Gernoshan se redressa, prête à tomber au combat, mais certainement pas sans passer une dernière fois à l'offensive.

Le bilan se serait avéré bien plus lourd s'ils ne s'étaient trouvés en zone plus ou moins reconquise par les forces alliées, parvenus non loin de l'entrée nord de la cité en ruines. Les bruits de la fusillade alertèrent une troupe du Pacte située non loin, qui parvint à porter secours à la demie-Escouade de Caledon, assistée par le Chevalier Gernoshan qui combattit jusqu'à s'occuper personnellement du dernier pirate étherlame. Hélas, ce fut le corps sans vie du Croisé Roerik qu'elle porta sur son dos, jusqu'au Fort des Veilleurs.

[Musique]

Certains mots sont plus coûteux que d'autres. De retour auprès du reste du conseil de guerre Veilleur, et malgré le décès de Sigbjorn et Roerik, malgré l'attelle de son épaule jusqu'à sa main, malgré sa tête qui résonnait encore du choc reçu, c'est en se tenant bien droit, entouré par les survivants, que Cypries annonça :

- La mission est réussie.


Ils sont épuisés, blessés et amoindris, ces Veilleurs. Mais ils ont choisi de se battre contre l'oppression, et n'ont jamais cherché à prétendre que ce serait gratuit. Chaque petite pierre ajoutée à l'édifice d'une victoire militaire se paie en sang et en sève.


Spoiler : :
Texte rédigé coopérativement !
Avatar de l’utilisateur
Naira Axari Tereska
Messages : 331

Re: Les Veilleurs, côté Bosquet

Messagepar Naira Axari Tereska » 17 Mars 2014, 15:42

Suite à l'opération réussie avec le Maitre de Guerre, la croisée Sikrieria resta dans sa tente accompagnée d'un homme et d'une femme. L'homme, assez grand, cheveux bruns long ayant une tresse de chaque côté de la tête, et la femme qui se trouve à être ''L'infirmière'' des Veilleurs depuis le début de l'attaque contre l'Arche du Lion. La dite femme au cheveux rouge, connu sous le nom de Shilarou, examina la blesser d'un air extrêmement inquiète... On put l'entendre prononcer certains mots d'une langue incompréhensible, mais dont les deux femmes semblaient pouvoir communiquer. Les plus curieux auront vu la femme soldat démunit de son armure de plaque, l'épaule ouverte par la balle, ainsi qu'un tube de bois entre ses dents. Certains allaient surement poser la question pour le tube de bois, jusqu'à que la nécromancienne commence à opéré de sa magie. Ce sont des cris retenu qui se fit entendre de la tente de la femme soldat, l'homme tentant de peine et de misère à la soutenir.

Après plusieurs heures, ce sont des pleurs de souffrance qui se faisait entendre et Shilarou sortit de la tente en refermant l'ouverture. Elle regarda les plus curieux et lança un:


~Je vous demanderais de la laisser seule. Le repos est de mise.

Un Sylvari s'avança, soucieux de la dame au cheveux d'acier qui a tant fait pour les réfugier, et la nécromancienne lui répondit:

~Présentement son orgueil en prend plus cher que sa blessure jeune être. Laissez-la je vous prie.

Dit-elle d'un ton curieusement autoritaire et calme. Elle invita le Sylvari à l'aider à préparer un baume avec elle, pour qu'il puisse participer à la guérison sans réellement y faire par directement. Le Sylvari y mit du coeur, même s'il n'était le plus doué du monde, mais l'intention était là.

Ce fut ensuite la visite de Naira et d'une autre Sylvari à l'écorce Noire qui fit leur apparition quelques heures plus tard. Elles entrèrent dans la tente et une longue discutions s'en suivit...Puis la dame au cheveux rouge s'ajouta par la suite. Quoi que ce fut comme discutions, une intense joie se fit ressentir dans le rêve et les plus sensibles auront vu une belle image d'une Luciole volée...Venant de la tente, mais pas de Naira directement.
Avatar de l’utilisateur
Cypries
GM à la retraite
Messages : 3235

Re: Les Veilleurs, côté Bosquet

Messagepar Cypries » 19 Mars 2014, 04:44

Message remis à toute l'Escouade et laissé bien en vue sur le bureau principal dans la Cosse des Veilleurs au Bosquet.

Veilleurs,

L'Escouade de Caledon est démobilisée du front de l'Arche. A nouveau assignée au Bosquet, en repos.
L'Arche est, ce soir, officiellement libérée. Bravo à chacun de vous.
Remettez-vous bien, la suite ne sera sans doute pas de tout repos, mais nous avons un peu de temps plus calme devant nous pour l'instant.
Vous avez le droit de vous déplacer et de profiter à votre guise de votre permission.

Plus de nouvelles bientôt.

Cypries
Maître de Guerre Veilleur
<son sceau personnel>
Avatar de l’utilisateur
Cypries
GM à la retraite
Messages : 3235

Re: Les Veilleurs, côté Bosquet

Messagepar Cypries » 19 Mars 2014, 15:41

Au sujet du fameux panneau holographique et des rumeurs sur la situation à l'Arche.
L'un ou l'autre des Veilleurs de Caledon tentera de croiser Owel pour lui dire ce qui pourrait sembler un détail : de mentionner la Garde du Lion avant le Pacte et les volontaires divers, pour rendre justice à la faction la plus investie sur place. En effet, le Pacte n'a jamais été beaucoup plus présent qu'en soutien, particulièrement logistique, et à ce jour, c'est bien la Garde et la Garde seule qui gère la protection des terres face aux pillages et le graduel retour à l'ordre... Ce qui est tout de même une fort belle avancée et un signe très encourageant pour les réfugiés qui, plutôt que de démarrer une nouvelle vie, attendent une réhabilitation de l'Arche.
Il semblerait bien, en effet, que le Pacte ne cherche pas à rivaliser avec la Garde dans sa juridiction. Et surtout que, depuis que le cri du dragon a été entendu, le Pacte ne peut qu'en revenir à ses objectifs premiers : la menace draconique.
Avatar de l’utilisateur
Tùalenn
Messages : 830

Re: Les Veilleurs, côté Bosquet

Messagepar Tùalenn » 20 Mars 2014, 06:39

Owel se trouvera assez vite à officier sur le camps des réfugiés et s'empressera de corriger cette erreur à la demande du maître de guerre.
Avatar by @Zyl
Avatar de l’utilisateur
Cypries
GM à la retraite
Messages : 3235

Re: Les Veilleurs, côté Bosquet

Messagepar Cypries » 30 Mars 2014, 14:37

Une note visible à l'entrée de l'Abri des Veilleurs au Bosquet :

Les Veilleurs de l'Escouade de Caledon recherchent un Jardinier dévoué prêt à aider pour concevoir une sculpture végétale près de leur cosse : un mémorial en l'honneur de ceux tombés.
Contacter Cypries. Merci d'avance.

Revenir vers « Campagne "L'Arche, perdue" »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité