[Evènement/RP]IV. La foire au monstre

Quêtes menées par Cappaeriel.

Modérateur : Fondateur

Avatar de l’utilisateur
Cappaeriel
Messages : 1338

[Evènement/RP]IV. La foire au monstre

Messagepar Cappaeriel » 03 Mai 2014, 13:50

Les habitués du commerce le savent : d'ici une semaine, au cœur de Caledon, la foire annuelle du comptoir d'Hanto débutera.
Auparavant occasion unique pour les marchands de Maguuma, qu'ils soient sylvari ou asura, de commercer avec le peuple tengu reclus, la foire semble prendre, cette année, d'autant plus d'importance que l'Arche du Lion est tombée, décalant au loin les possibilités de commerce. Des marchands venus de loin, jusque depuis la Kryte, semblent s'être d'ors et déjà annoncés, réservant des places prisées.
En dehors des résidents permanents de ce petit campement de commerce, les premiers marchands sont attendus pour le vendredi ou samedi de la semaine à venir ; la foire en elle-même ne débutant officiellement que le lundi.
Au sein des marchands locaux, ce sont principalement des commerçants du village d'Annwen, et, évidemment, du marché de Mabon, qui semblent attendre avec impatience la foire. Les stocks sont refaits et les artisans travaillent à plein régime.
Avatar de l’utilisateur
Cappaeriel
Messages : 1338

Re: [Evènement/RP]IV. La foire au monstre

Messagepar Cappaeriel » 09 Mai 2014, 20:09

Des nouvelles bien sinistres ont fait leur apparition, ce soir, au Bosquet, d'abord sur le bureau des Protecteurs, puis, de bouche à oreille, au reste de la ville.

Les préparatifs de la Foire d'Hanto auraient été interrompus de manière fort violente, par la découverte d'un double meurtre "particulièrement sinistre" sur la route entre le Comptoir et la ville d'Annwen. Deux marchands sylvaris sont morts, et, le temps de l'enquête, les déplacements sont interdits aux marchands présents sur place, le lancement de la foire, bien sûr, gelé.
Cependant, les Protecteurs d'Annwen ne semblent pas avoir demandé d'aide particulière, suffisamment nombreux pour mener d'eux-mêmes l'enquête. La nouvelle, quoique troublante, n'a pas de quoi intéresser plus que cela l'habitant commun du Bosquet... à moins que ?
Avatar de l’utilisateur
Cappaeriel
Messages : 1338

Re: [Evènement/RP]IV. La foire au monstre

Messagepar Cappaeriel » 10 Mai 2014, 11:38

Spoiler : :
Rêve partagé, dans la nuit du vendredi au samedi, par Elirth, Cynwrigh, Elyaïne, Falcon, Pum et Kata.


Autour de toi, la forêt est verte et lumineuse. Les lumières sont jaunes et doucement déformées, les troncs géants se dressent en protecteurs infinis. La mousse du chemin familier est sous tes pas, et ton amour à tes côtés.

La liesse est là. L'excitation de la nouveauté, des rencontres et du succès. Tu fatigues, bien sûr, mais l'euphorie est en toi, et rien ne saurait vraiment la calmer pour le moment.

Ce sera bon, penses-tu, ce sera intéressant et plein de nouveaux visages. De quoi briser la monotonie habituelle.

Mais il n'y a que peu de pas avant qu'on ne vous appelle. Vous vous retournez, ton ami et toi, au son de la voix familière.

La personne s'approche, amicale. Vous échangez quelques mots plaisants au milieu du chemin, même s'il te vient, à l'esprit, une question. Tu la poses entre deux bagatelles.

Ce n'était pas important. Rien d'important, juste une question naturelle, et pourtant, le monde semble s'en détruire.

Le monstre est soudain devant vous, hurlant et grimaçant, infiniement beau, pourtant, à sa manière perverse.

Ta main se porte à ton épée. Pourfendre ! Tu dois pourfendre. Il est une raison pour laquelle vous êtes sur ce chemin familier, et, bien que la peur t'emplisse face à l'abomination sans pareille, tu sais que tu dois défendre, que tu dois te battre avec courage et...

D'un seul coup, tu ne sais plus rien, et ta fidèle épée glisse d'entre tes doigts. D'un coup, tes genoux se dérobent, et d'un coup, le monde est noir, et le monde est douloureux, puis le monde n'est plus rien.

La vision se fend en deux, se déchire comme une feuille de papier trempé sous un couteau.

Le vert paisible, le jaune crémeux de la lumière, les ombres du chemin, et le noir profond de la mort se sont mêlés. De longs filins ténébreux tâtent la couleur, la face du monstre au centre de cette étrange toile. Curieux, cependant, que ses traits semblent t'échapper lorsque tu essaies de marquer ton esprit : se souvenir du monstre, il faut se souvenir, il faut pourfendre et défendre contre la Chose-qui-n'a-que-trop-duré...

Tu entends les cris du futur, de victimes innocentes, et le décor sinistre du Rêve prend des odeurs de sève vivaces et écoeurantes. C'est presque trop. Tu te sens comme si on avait accroché un filin au milieu de ta poitrine, et qu'on te tirait, sans merci, vers la tâche qui est tienne.

Tu perçois des mains tendues autour de toi. Des compagnons, coudes à coudes, tu n'es pas seul, tu le sais, et tu ne dois pas l'être. Ont-ils vu ce que tu as vu ? Tu l'ignores. Mais tu sais qu'ils seront là.


Ton réveil, ce matin là, sera trouble et désagréable, les images floues de l'horreur encore rémanentes, et surtout, surtout, l'appel qui te hante sans merci, écartant presque toute autre pensée.
Avatar de l’utilisateur
Kata Keranu
Messages : 879

Re: [Evènement/RP]IV. La foire au monstre

Messagepar Kata Keranu » 10 Mai 2014, 13:21

Spoiler : :
Je ne sais pas si je peux réagir, dans le doute je le fais, au pire dis le moi je supprimerai =)


La peur. Celle qui serre le ventre et étreint l'âme. Je suis assise dans sur notre couche. Naira est à mes côtés, elle dort toujours plus longtemps que moi le matin, au moins un peu. Ciam dort, Statch contre elle, la tête posée sur le flanc de notre... notre fille. L'espace d'un instant je réussi à repousser le frisson qui me parcourait l'échine, à me rappeler notre joie de l'avoir avec nous, à revoir le soleil qui habite mon rêve. Mais rapidement, le froid revient prendre place dans la clairière de mes pensées. Ce Rêve m'obsède.

Toujours assise sur notre couche de mousse, je croise mes jambes en tailleur et je ferme les yeux, je suis la Route qui part de la Clairière où repose mon enclume. Erenay reste là, elle guette, veille, je m'engage sans peur sur le chemin de terre. Je dois savoir.

Il ne me faut pas longtemps pour distinguer le sentier. Il part sur la gauche de la Route, il y a de la sève sur un rocher à la bifurcation. Je la touche... Je revois les images du Rêve par éclairs lumineux dans ma conscience. La Route m'apporte un choix. Comme toujours. elle me propose un appel. C'est lancinant, obsédant, les images du monstre reviennent dans ma tête. Je me redresse et regarde le sentier. Il y a des voix plus loin, je ne serai pas seule.

Je rouvre les yeux et regarde autour de moi. Je me penche vers Naira que j'embrasse doucement, sans la réveille, puis je me lève, passe ma jupe de tissu, revêt mon armure de feuilles. Je met mes épaulières... J'attrape mon petit Soleil, ce cristal ramené de chez les Zéphyrites qui m'accompagne partout depuis. Partout. Tout le temps. Il flotte toujours sur son cadre de bois et de ficelle. C'est mon trésor, mon âme, mon arme. Flambeau à la taille, je passe un manteau de cuir et d'os par-dessus mes feuilles, j'accroche le soleil dans mon dos et je sors après avoir claqué des doigts une seule fois. Statch trottine à mes côtés. Il me sent perturbée. Nous allons reprendre la Route ensemble et nous pourfendrons ce qu'il y a au bout.

Mais avant... trouver ceux que j'ai vu dans le Rêve !
Kata Keranu : Sylvapunk guérisseuse et forgeronne à dévoreurs

Digg Ecorchenuées : Non-Asura pédagogue, alchimiste, nécromancien et paternaliste

Komissar - Kha Skoù : Acrobate bagarreuse qui aime l'alcool.
Avatar de l’utilisateur
Cappaeriel
Messages : 1338

Re: [Evènement/RP]IV. La foire au monstre

Messagepar Cappaeriel » 19 Mai 2014, 10:54

Une lettre adressée aux Vaillants. L'écriture est pressante.

Vaillants,
J'ai à vous rapporter une nouvelle sinistre, et je m'en excuse d'avance.
Le marchand asura Fomm, qui était sous notre protection et celle des tengus au Comptoir, est mort. Au vu de l'absence de blessures, je conclus à un empoisonnement. Il a été retrouvé dans sa tente par les gardes tengus qui s'étonnaient de ne pas l'avoir vu depuis plus d'une journée, et qui s'inquiétaient de sa fuite.
Nous avons par ailleurs dû mettre la marchande skritt Trikki sous calmants. Je crains qu'elle ne commence à avoir des crises de folie. Elle ne cesse de parler d'yeux dans la nuit, et d'essayer de s'enfuir dans la nature.
L'enquête des Protecteurs est au point mort. J'espère que vous aurez plus de chance ; en tout cas, les marchands ne sont pas en sûreté comme nous l'avions cru, et il va falloir réfléchir à une solution.
Amitié,
Protectrice Maurh Hiye
Avatar de l’utilisateur
Cappaeriel
Messages : 1338

Re: [Evènement/RP]IV. La foire au monstre

Messagepar Cappaeriel » 22 Mai 2014, 15:22

Une nouvelle lettre.

Vaillants,
Nous rouvrirons le campement du Comptoir d'Ireko au début de la semaine prochaine, et les marchands étrangers qui y demeurent seront libres de partir. Ils sont, concrètement, prisonniers de la situation, et nous ne pouvons pas nous permettre de les détenir ainsi plus de deux semaines. L'enquête piétine encore, de notre bord. Je vous prie de vous hâter, Vaillants, sans quoi je crains que ce mystère demeure sans résolution, ou qu'il n'amène des évènements plus sinistres encore.
Amitié,
Protectrice Maurh Hiye
Avatar de l’utilisateur
Falcon
Officier
Messages : 1735

Re: [Evènement/RP]IV. La foire au monstre

Messagepar Falcon » 22 Mai 2014, 18:18

Protectrice,

J'aimerai, et n'ayant que peu d'avis de mes compagnons pour le moment, je ne parle qu'en mon nom, j'aimerai que vous déplaciez tous les marchands au village d'Anwenn. J'en prends l'entière responsabilité, et viendrais vous aider si vous estimez avoir besoin d'aide. Ils auront le droit d'emporter leurs affaires qui leurs sont nécessaires, mais elles devront être fouillées. Les marchandises resteront sur place.

Il s'agit là de protéger les marchands, qui ne sont à mon avis toujours pas en sécurité au Comptoir, et nous permettre d'examiner plus attentivement le Comptoir, ainsi que d'interroger les marchands sans avoir à craindre qu'ils ne meurent de représailles. Cela vous permettra de rapatrier des Protecteurs à Anwenn, qui devra être très soigneusement protégée, jour et nuit, et nous donnera l'avantage du terrain.

Nous poursuivons l'enquête de notre côté, et nous avons vraiment besoin de savoir ces témoins en sécurité. L'assassinat de Fomm montre bien que le danger est toujours présent.
Prière également de surveiller Lyahn.
Il est aussi conseillé aux habitants d'Anwenn doués de nécromancie d'aider à la protection du village, puisque nous avons affaire à ce type de magie.

Apprenti protecteur Falcon.
Soyez l'onguent sur les plaies de ce monde.
Avatar de l’utilisateur
Cappaeriel
Messages : 1338

Re: [Evènement/RP]IV. La foire au monstre

Messagepar Cappaeriel » 22 Mai 2014, 18:37

Recrue Falcon,
Votre demande est vaste, et je ne suis pas certaine que, d'un bord, mon Capitaine approuve de rapprocher le potentiel danger des civils (les attaques ayant tourné autour du Comptoir et/ou de ses marchands jusqu'à présent), de l'autre, que les marchands déjà excédés abandonnent de bonne grâce leurs affaires sur place.
Je demande aux vôtres de venir en discuter en personne, et je vous prie de faire aussi vite qu'il vous est possible. Il n'y a qu'ainsi que nous trouverons la solution idéale.

Protectrice Maurh Hiye
Avatar de l’utilisateur
Cappaeriel
Messages : 1338

Re: [Evènement/RP]IV. La foire au monstre

Messagepar Cappaeriel » 23 Mai 2014, 17:36

Spoiler : :
Texte d'ambiance. Bien sûr, vous ne le vivrez pas, mais c'est pour vous mettre dans le bain.




Trikki dort.

Dans son sommeil agité, ses mains ne cessent de se refermer et se serrer sa couverture, si fort que les doigts lui feront mal au réveil. Sa tête est posée contre une pierre, et ses yeux sont serrés, plissés, cachés sous le tissu. Ses épaules tremblent.

Trikki rêve.

D'abord, les deux... les deux égoïstes, les deux avares et cupides. Ceux qui avaient refusé de lui faire le don, pourtant très raisonnable, de leurs brillants. Comme elle les avait détestés, les deux sylvari ! Si brillants. Si égoïstes.

Et puis ils étaient morts, et ça n'avait plus été pareil, quoique Trikki avait enfin pu parvenir à ce qu'elle désirait. Elle avait pris les bracelets, et les jolies boucles. Et encore, elle ne savait comment elle avait pu y parvenir. Flou. Les deux corps, d'abord, comme endormis, et puis, de manière évidente, bien plus qu'endormis. La femme, à qui la tête manquait, l'homme avec ses yeux grand ouverts et surpris, comme des billes glauques que personne n'aurait désiré. Elle avait pris les bijoux, elle avait crié, et elle avait pleuré. La mort sentait fort, et mauvais, ce jour là.

Des questions, encore des questions. Toutes celles qu'ils avaient posées ! Et derrière chaque question, les yeux morts de Terri dansaient encore, la hantaient, et la dégoûtaient, même, de ses précieux acquis.

Alors elle les avait enterrés.

Et encore des questions. Toujours plus de questions. On lui avait dit d'être sage, et Trikki avait été sage. Elle était restée à sa place ! Et tout le monde la traitait de voleuse et de petite peste, elle aurait pu s'enfuir, pourtant, parce que ça n'était pas dur, pour quelqu'un d'agile et petit, de se faufiler dans la nuit, et de retourner à la maison.

Elle aurait dû s'enfuir. Mais il y avait quelque chose, que le petit esprit de Trikki n'avait pas vraiment su comment appréhender. Le regard de Terri, mort, comme s'il l'avait jugée quand elle lui avait pris les bijoux. Et ce genre de pensées étaient trop vastes pour la petite cervelle de la skritt. Mais quelque chose l'enchaînait près du Comptoir, près de là où ces deux sylvari si égoïstes étaient morts. La culpabilité ? Peut-être avait-elle eu les pouvoirs insoupçonnés...

... De souhaiter la mort, et de la donner. C'était cela qui avait hanté Trikki. Les premiers jours.

Et puis il y avait eu les yeux dans la nuit.

La première fois, ça n'avait été qu'un bruissement. Un animal, sur la falaise ? Elle avait regardé, de son œil perçant. La chose flottante l'avait regardée en retour, sans empressement, dos à la lune, obscurcie, gracieuse, presque. Et Trikki s'était souvenue du Chevaucheur de Vent, qu'elle avait vu une fois, près des Ruines des Invisibles, perdu, et à qui Ritchiki avait fait lancer des cailloux jusqu'à ce qu'il soit assez assommé pour servir de familier.

Elle avait cru, un temps, qu'il y avait eu cette bête, cette mauvais bête qui d'un rayon avait tué Zitakpak, et que c'était sa faute si les sylvari égoïstes étaient morts. A ce moment là, Trikki avait décidé de partir, au loin, parce qu'elle ne voulait pas mourir des yeux du monstre, et que ça n'était pas vraiment sa faute, si le Chevaucheur était là. Ils l'avaient rattrapée. Ils l'avaient ramenée au camp, et les yeux de Terri continuaient à danser derrière ses paupières, accusateurs.

Et puis, juste avant que l'asura qui puait l'alcool -ne sentaient-ils pas tous horriblement ? Et ils disaient de Trikki qu'elle était la reine des immondices !- ne meurt à son tour, elle les avait revus.

Dans un buisson. Cette fois, les yeux dans la nuit n'étaient pas posés sur elle, et ils ne faisaient pas dos à l'astre lunaire. Dans les hauteurs, ils observaient le campement, et Trikki, courbée sur la pierre, était, elle le savait, presque invisible. Fuir, encore, partir. Elle l'aurait pu, ce soir là, menue face aux tengu et aux sylvari patauds, agile et camouflée sur la vilaine falaise. Elle savait quel chemin prendre, et elle n'avait pas peur de la verticalité.

En revanche, elle eut peur de ce qu'elle vit, un peu plus haut qu'elle.

La chose horrible n'était pas un Chevaucheur de Vent. Elle n'en avait, de loin, que la vague forme, et les yeux terribles. Comme des fils de soie très fins, ses cheveux flottaient autour d'elle, avec lenteur. Sous elle, c'était les masses qui sentaient horriblement mauvais, ses organes macérés, mais rien n'était plus terrible, ni insoutenable, que son regard que les étoiles faisaient briller.

Et elle observait le Comptoir. Les petits vies stupides des gardes tengu, des Protecteurs sylvari, vigilants, mais pas encore assez, des marchands querelleurs, déjà assoupis. Elle les méprisait, comme des insectes, ses sourcils arqués, et elle était très belle, et très horrible.

Quelque chose craqua en Trikki, cette nuit là, achevant le travail de ce qui avait commencé à la hanter le jour où elle avait retrouvé les deux marchands sylvari. Immobile et muette, figée à la paroi, elle observa, un long temps, la créature, qui ne bougeait pas plus qu'elle. Elle avait envie de crier et d'appeler au secours, mais après tout...

C'était sa faute, non ? D'avoir souhaité la mort des avares.

Et l'asura était mort, juste après. Cela, Trikki ne l'avait pas vu. Elle n'a su que quand les gens sont venus, qu'ils ont dit, et elle a hurlé et crié, elle a griffé ceux qui la retenaient, elle leur a parlé des yeux, des yeux, des yeux horribles, mais ils n'ont pas compris !

Ils lui ont donné un breuvage amer à boire. Ils n'ont pas compris ! C'était sa faute, forcément la sienne ! Et après le breuvage, Trikki s'est mise à dormir, glissant dans une inconscience sans paix, et peuplée d'yeux morts, d'yeux verts de sylvari, et d'yeux bruns, terribles, d'yeux bruns de monstre flottant.

Trikki a une petite tête. Et dans la petite tête de Trikki, il n'existe que Trikki, et le monde qui gravite autour de Trkki. Et le monde est devenu si
méchant, qu'elle a bien dû faire quelque chose de mal. Et les yeux la verront, un jour, et la tueront, comme ils ont tué Fomm, et Trikki n'a pas le droit de sortir, et Trikki veut sortir, mais Trikki sait que les yeux la rattraperont, et les sylvari, les tengu, hurleront, et Trikki sera morte, morte, morte.

Trikki dort. Le Comptoir autour d'elle s'en soucie peu.

Ils ont peur, tous, chacun à leur manière. Les tengu, raidement engoncés dans leur dignité et leur vigilance. Les Protecteurs, nerveux et révoltés. Les autres marchands, blottis dans leurs tentes, ou assommés par l'alcool et le dégoût.

Trikki rêve. Et eux...

Un monstre rôde, qui était parmi nous, un monstre si proche, et nous n'avions rien vu. Ils ne dorment pas, mais ils songent tout autant.
Avatar de l’utilisateur
Cypries
GM à la retraite
Messages : 3235

Re: [Evènement/RP]IV. La foire au monstre

Messagepar Cypries » 23 Mai 2014, 19:22

Cathal, suite à la venue des récents messagers, réagit de manière défensive, fidèle à sa réputation de cité-tortue. La situation est hautement prise au sérieux. Les patrouilles sont réduites au minimum, de manière à renforcer la surveillance des murs. Les voyageurs de passage se voient proposer de rester dans la cité le temps que la situation s'éclaircisse, ou de prudemment voyager de jour avec escorte.
Si les impliqués sur l'enquête avaient eu besoin d'aide active, ils en auraient formulé une demande... Probablement.

Revenir vers « Contes doux-amers »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invités