[Evènement/RP]III.Le Onzième tour de danse

Quêtes menées par Cappaeriel.

Modérateur : Fondateur

Avatar de l’utilisateur
Cappaeriel
Messages : 1338

[Evènement/RP]III.Le Onzième tour de danse

Messagepar Cappaeriel » 11 Mars 2014, 17:10

Spoiler : :
Rêve de la nuit de lundi à mardi, partagé par Hanaraka, Ignavus, Marai, Lohyedan, Calbagh.


L'univers autour de toi est blanc. Il a la qualité flottante et floue d'un rêve, mais le froid qui t'enveloppe semble, lui, bien réel et cruel. Un peu derrière toi, tes compagnons, formes floues mais sur lesquelles tu parviens, brièvement, à mettre des noms, semblent de même souffrir de la beauté sans pitié de l'hiver.

La tempête siffle autour de toi, alors que tu resserres ton manteau sur tes épaules. Les flocons qui viennent mourir sur tes lèvres ont un curieux goût salé.

Tu cherches dans les neiges l'abri fortuit. Tu sais que tu ne tiendras guère plus longtemps, sans lui. Et puis il y a autre chose. Qui te tire, comme un filin au milieu de la poitrine, plus loin, pas après pas crissant dans la neige. Comme si on t'appelait, sans que tu ne parviennes pourtant à l'entendre, et que ton corps répondait, sans que tu ne lui en donnes l'ordre.

Devant toi se dresse l'arche tressée. Deux grands et beaux cerisiers du froid, roses et enlacés, emmêlés l'un à l'autre et arc-boutés au dessus de l'entrée de l'abri.

Abri de pierre au cœur de pierre. Sous les deux cerisiers qui paraissent ignorer toute la cruauté du monde, elle se trouve, la belle pétrifiée.

Les flocons salés viennent fondre sous ses yeux, laissant des marques légères sur la pierre de son visage surpris. Elle a l'air d'une gargouille, mais non pas terrifiante, la plus jolie et la plus trahie des gargouilles, avec des traits d'une familiarité qui te fait frissonner d'une manière bien plus grave que tout ce auquel le froid peut prétendre. Tu sais son nom, que le vent souffle et que la grotte répète en écho moqueur : "Elirth."

A son poignet, une chaînette dorée, semblant tout ignorer de la gravité des vents, pendouille en battant très doucement dans l'air. Elle est nouée à la main de la malheureuse, et tu en ressens, tu ne sais pourquoi, un frisson de dégoût et d'injustice. Les maillons dorés, les beaux maillons, descendent jusqu'au sol, enchaînant la statue qui n'en est pas une.

Et derrière, au coin du feu, en toute semblance d'insouciance -il n'est qu'une image, tu sais, il n'appartient pas au Rêve, le musicien rouge, le norn qui est aussi une Pie, chante ce qui ressemble à une conclusion :

"Mais elles sont grises, ses chairs
Comme son cœur arrêté
Et ses doigts calcifiés
La belle changée en pierre.

Au dixième tour de danse
Plus rien ! Que le silence."

Et tu sais, avec la clarté limpide mais éphémère des Rêves, qu'il est à toi d'écrire le onzième tour de danse. Tu te tournes vers les compagnons de ta quête. Visages à familiarité variable, aux lèvres gercées par le froid du Rêve... mais tu comprends ce que vous partagez, et tu sais que le même Appel les a menés ici.

Un tourbillon de trop, et le Rêve, le froid mordant, se gomme à tes pensées, tandis que ton corps te semble retomber dans son lit pour finir sa nuit, lourd et mou.
Avatar de l’utilisateur
Calbagh
Messages : 558

Re: [Evènement/RP]III.Le Onzième tour de danse

Messagepar Calbagh » 12 Mars 2014, 10:47

Calbagh avait passé une mauvaise nuit, s'étant réveillé brusquement à l'issue de ce rève, et ayant passé une bonne partie de la journée à le ressasser dans sa tête.

Une fois sa journée chez les veilleurs terminée, il put enfin tenter d'aller voir les compagnons dont il avait aperçu les visages dans le rêve. Tous, et toutes, avaient eu le même songe. Calbagh n'était pas très avancé, mis à part les visages d'Hanaraka, Ignavus, Marai, Lohyedan et bien entendu d'Elirth, il n'avait reconnu que peu de choses dans ce songe.

Fort heureusement, Hanaraka semblait avoir reconnu le norn chantant, et d'un commun accord, le groupe de rêveurs décida de se rendre dans les cimesfroides, afin d'aller rencontrer le Skaald rouge.

L'heure était donc aux préparatifs, Calbagh alla hâtivement demander des conseils sur la survie dans les cimesfroides et sur l'exploration de celles-ci, aux rares Norns veilleurs de l'escouade de Caledon. Matériellement, il commençât à rassembler quelques affaires chaudes.
Calbagh : Veilleur vaillant rodéoteur
Krärl Briseoreilles : Charr cuisinier & ...
Avatar de l’utilisateur
Gaellym
Messages : 319

Re: [Evènement/RP]III.Le Onzième tour de danse

Messagepar Gaellym » 14 Mars 2014, 00:46

Et il n'y eu guère plus qu'une nuit -ponctuée d'haut-les-cœurs et d'incertitudes, d'un ballet incessant de courtes phases d'impatience pour les uns et de nonchalance pour les autres, de vagues conjectures à propos de ci et de ça, de regrets amers ou de même parfois de rage indicible. Quoi qu'il en soit, la nuit fut courte pour chacun des Héros- et une journée de premiers préparatifs avant le départ à la recherche de la Pie d'Hoelbrak, le flamboyant auteur des mots tourmentés de l'Appel. Ils quittèrent le soir les racines réconfortantes de Mère en direction d'Hoelbrak la grande, illuminée par les feux chaleureux des huttes, caressant prétentieusement les cieux clairsemé d'encre et de jais. Hoelbrak, dernier rempart avant les pics déchiquetés des Cimefroides, dernières vallées aux pentes douces avant le choc chaotique des roches noires et pièges glacés. Tandis que leur guide, la petite borgne en guimauve -dur et croquante à l'extérieur, tendre à l'intérieur- s'enfonçait vers l'Agora pour parvenir au Corbeau, quelques regards se perdirent vers ces montagnes ou une téméraire petite Edelweiss était maintenant entre la vie et la mort. Ces montagnes capables de briser la volonté de plus de quinze douzaines d'Amynarmëh, aussi dopés au miel soit-ils.


Ils claquèrent leurs bottes à l'entrée et pénétrèrent l'immense hutte pyramidal dont le bois sombre et l'espace démesuré glaçait l'échine. Les quatre Rêveurs ne se firent pas prier de quitter cette première impression en avalant aussitôt les marches des escaliers, Snorri et la ténébreuse Hanaraka devant, la Protectrice bleu Marai au centre, le guerrier au bois d'ébène et le mystérieux rose fermant la marche. C'est auprès du feu qu'ils trouvèrent le skaald Siedhe, insufflant par sa présence et ses flots de rîmes sa sempiternelle bonne humeur. Il reconnût la belle Nocturne aux yeux d'un sombre infini et ne se tarda pas à chanter chaque Tour de Danse à la demande des quatre Héros. Mais ce n'est pas du bavard charmant -et charmé par une Snorri réfractaire- qu'ils obtinrent des réponses. Le skaald les envoya au véritable auteur des Tours de Danse, une certaine Gyra, qui se trouvait chez l'Ourse dans son lit et amputée d'une jambe. La faute à une meute de loups, disait-on. La trappeuse de bonne humeur leur raconta que les faits étaient bien inspirés de faits réels, d'une histoire d'amour tragique entre un chevalier indécis et sa belle changée en pierre. Les Héros écoutèrent, et Lohyedan se perdit dans ses pensées tumultueuses pour Elirth, l'âme tourmentée par les sentiments. Gyra leur mentionna que la jeteuse de sort du sonnet se trouvait en Hantedraguerre, au Sud, dans un endroit au titre glacial de Pierres Fantômes.

Ils discutèrent encore et encore, et quand ils eurent fini, rentrèrent vers le Bosquet pour les ultimes préparatifs. Ils iraient aux Pierres Fantômes et ramèneraient Elirth au péril de leur vie, car telle était la volonté de Mère.
Dernière édition par Gaellym le 15 Mars 2014, 23:41, édité 1 fois.
Avatar de l’utilisateur
Calbagh
Messages : 558

Re: [Evènement/RP]III.Le Onzième tour de danse

Messagepar Calbagh » 14 Mars 2014, 10:56

Spoiler : :
Hey Gwenn, t'as pas oublié quelqu'un ? :p
Calbagh : Veilleur vaillant rodéoteur
Krärl Briseoreilles : Charr cuisinier & ...
Avatar de l’utilisateur
Tùalenn
Messages : 830

Re: [Evènement/RP]III.Le Onzième tour de danse

Messagepar Tùalenn » 14 Mars 2014, 11:00

Spoiler : Hrp :
Gaellym a écrit : leur guide, la petite borgne en guimauve -dur et croquante à l'extérieur, tendre à l'intérieur-


Ce ne sont que des calomnies et cette appellation est désapprouvée par la GRANDE Snorri.
Avatar by @Zyl
Avatar de l’utilisateur
Hanaraka
Messages : 487

Re: [Evènement/RP]III.Le Onzième tour de danse

Messagepar Hanaraka » 16 Mars 2014, 04:56

Ce texte est disponible en rp pour Falcon, les gens à qui il confie la lettre, et mes collègues de quête. Il me permet de retracer notre avancée dans le Conte à la première personne, et du point de vue d'Hana, et de tenter de maintenir tout le monde à jour. Il manque évidemment des répliques, ou des petits morceaux, donc que les présents n'hésitent pas à poster leur propre version, sous une forme ou une autre.
Pour ceux qui veulent le lire sans être impliqués dans la Quête eh bien, c'est à vos risques et périls car il y a évidemment du spoil. (C'est bien pour cela que je le met en spoiler, me direz-vous.)


Depuis le Pavillon de Travelen, Falaises de Hantedraguerres.
Lettre arrivée dans la matinée au Bosquet.

Spoiler : :
Cher Falcon,

Comme promis, je vais tenter de tenir ce rythme de une lettre par jour. Et en cette journée, il y a beaucoup à raconter. (Calbagh t'envoie ses salutations, au fait.) Écrire permettra également d'éclaircir ma pensée, aussi commençons par le commencement.
Ainsi que tu le sais, Calbagh, Lohyedan, Marai, Ignavus et moi avons été Appelés pour une Grand Chasse, afin de libérer Elirth. Dans notre Rêve commun, nous l'avons vu changée en pierre sous une arche de cerisiers des neiges, alors que derrière elle le Skaald Rouge chantait la fin de la chanson des Dix Tours de Danse. Je te la recopie sur une feuille à coté, ça me la remettra en mémoire.
Nous avons découvert que cette bien triste histoire n'est qu'à peine romancée, hélas ! Mais j'anticipe. Guidés par ce seul souvenir de Siedhe, nous sommes allé à Hoelbrak pour lui demander d'où il tenait ce chant, et de là, nous sommes arrivés devant Gyda. C'est une trappeuse norne, c'est elle qui connait l'histoire en prose, et c'est elle qui nous a mit sur la voie.

La Dame et le Chevalier sont bien réels, si ce n'est qu'il s'agit de Sylvaries, et que le Chevalier n'est autre qu'une Protectrice, alors que le Marquis est de la Cour du Cauchemar de Brisban. Une histoire pas si lointaine, n'est ce pas ? La Protectrice aimait sa Belle depuis longtemps, semblerait-il, sans retour, jusqu'à ce que le Marquis vienne l'enlever. Elle l'a sauvée, et elles sont parties ensemble pour les Cimefroides. Mais le cœur (métaphorique, tu sais bien) de la Protectrice était rongé par le doute (terrible fléau, s'il y en a) et elle est allé voir une sorcière, Celle-Ci, pour lui demander à ce que le cœur de sa Belle ne change jamais, et que le temps n'ait plus prise sur elle. La morale, si c'était un conte et non une tragique histoire dont nous avons rencontré une part des acteurs, serait qu'il faut se méfier de ce que l'on souhaite, cela n'arrive pas toujours de la façon dont on l'aurait souhaité. Car la Belle a été changée en pierre, là où elle se trouvait. Voici l'histoire telle qu'elle nous a été contée par Gyda, et d'après elle, telle que lui a conté la Sorcière. C'est déjà triste comme cela, n'est ce pas ? Cela empire ensuite, ne t'en fais pas.

Guidées par les indications de Gyda, et par Snorri qui avait accepté d'être notre guide dans les Cimefroides, nous sommes allés jusqu'à la demeure de Celle-Ci. (Un voyage qui ne fut pas de tout repos, les Jotuns ne sont pas accommodants, vraiment!) C'est une vieille kodane, qui parle à la terre et qui comme tout ceux de son sang vit dans le principe de l’Équilibre. Ainsi, en échange du Ça de Snorri (un cristal magique qui entretenait un feu, si j'ai bien compris), elle a demandé aux pierres pour retrouver la pierre Elirth. (Car jusqu'à là, nous pensions que c'était elle la Belle, et qu'elle nous était apparue pétrifiée à cause de cela, bien que nous ne comprenions guère ce qu'elle faisait à Brisban. Je crois que cette hypothèse faisait souffrir le cœur de Lohyedan mais nous nous étions trompés. J'y reviendrais.) C'était un sortilège bien long, et nous avons un peu exploré la grotte. (Enfin, surtout Lohyedan et Ignavus.) Et Ignavus a vu un coin où, en plus des cristaux, s'entassaient des bijoux. Tu te souviens peut être qu'Elirth n'en portait guère, mais ça valait la peine de vérifier si aucun ne semblait familier, n'est ce pas ? Je me demande s'il étaient les paiements équilibrés des sorts de Celle-Ci, ou seulement un entassement de skritts. (Cette grotte en était envahie, j'ai oublié de le préciser.) Je n'y ai trouvé que la longue chaînette dorée que nous avions vu dans le Rêve, au poignet d'Elirth, mais hélas elle s'est brisée lorsqu'Ignavus a voulu l'examiner par magie. Elle n'aimait pas l’École du Rejet, il faut croire.

Puis nous avons attendu.
Je passerais rapidement sur cette partie, Celle-Ci nous a dit où était Elirth, que les autres pierres ne l'aimait pas beaucoup, le nom de la Protectrice (Elle s'appelle Vaënne. D'ailleurs, j'aimerais beaucoup si tu pouvais jeter un coup d'oeil aux archives des Protecteurs à Belladone, s'il n'y a pas quelque chose sur elle?) Et en échange de pierre volcanique, Celle-Ci nous donnerait son histoire, et nous l'espérons, le sort qu'elle lui a donné.
Elirth étant loin, nous n'avons pas pu la rejoindre dans la journée, nous sommes arrêtés pour l'heure au Pavillon de Travelen. C'est un norn aimable, bien qu'il se soit d'abords méfié de nous, nous savons désormais pourquoi.

Il y a, dans son Pavillon, une autre Sylvarie, pas vraiment folle mais assurément traumatisée. Elle s'appelle Maïa. C'est une jolie créature, blanche elle aussi, avec de longues feuilles bleutées. Mais plus important que cela, la Belle de l'histoire, c'est elle.
Je retisse ce que nous avons compris d'elle, car la pauvre était toujours à moitié paniquée ou au bord des larmes, et des mots de notre hôte. Elle se cache dans le Pavillon, de Vaënne. Les norns la protège, ils l'ont déjà mise à la porte de force, et la décrive comme hystérique. (Vaënne, pas Maïa.) Maïa pleure quand on lui demande pourquoi, Vaënne ne sait pas abandonner, elle l'aime trop. Je ne serais pas surprise de découvrir que cet amour désespéré l'a conduite au Cauchemar. C'est particulièrement tragique, elle semble terroriser sa bien aimée, qui pourtant ne la déteste pas. Ou du moins, ne la considère pas comme affreuse. Elle ne veut pas retomber entre ces mains, néanmoins.

A ce stade, tu dois te demander ce qu'Elirth vient faire là puisque nous avons retrouvé la Dame. Snorri a une hypothèse que je trouve très juste, que puisque l’Équilibre doit être respecté, Vaënne a fait échanger les places d'Elirth et Maïa. Que Maïa sanglote en parlant d'Elirth et en disant à quel point elle est désolée suffirait à me convaincre, mais elle a également laissé échapper qu'au moment où elle reprenait ses sens (car la pauvre avait effectivement été changée en pierre, cela n'est pas romancé), elle a pu voir le corps d'Elirth en train de se figer, et à son poignet la chaînette. Je suis à peu près certaine que c'est le vecteur du sort. Enfin, nous verrons.
Elle, Maïa, a accepté de nous conduire jusqu'à Elirth (nous n'avions qu'une idée assez vague de son emplacement) en échange de deux promesses. Nous la protégerons, pour qu'elle ne retombe pas entre les mains de Vaënne. (Elle craint que celle-ci soit attirée sitôt qu'elle quittera le Pavillon). La seconde promesse est que jamais nous ne changerons quelqu'un en pierre contre son gré. Ce sort est, dit-elle, trop affreux pour qu'on puisse le souhaiter à quiconque. Je sais que tous mes compagnons de quête ne sont pas d'accord, mais je refuse de briser un serment alors qu'on vient de le prêter ! Même si cette Vaënne mérite un sort affreux, même si c'est le seul moyen de libérer Elirth, bonne sève, nous avons tous promis. Un engagement n'est pas une chose à prendre à la légère, si on traite celui là par dessus la jambe, comment pourrions nous prétendre être de confiance plus tard ? Non, non, non, si je réchigne à donner ma parole parfois, c'est qu'elle m'engage pleinement, et je préfère la peser. Enfin, pardonne moi, je suis encore fâchée de leur suggestion de capturer Vaënne pour lui faire prendre la place d'Elirth. Je le souhaiterais, crois moi, mais une promesse est une promesse.

Venons en à ce que nous avons prévus. Demain, avec Maïa, nous irons retrouver Elirth. Nous verrons là si nous pouvons la transporter (Jusqu'à la grotte de Celle-Ci peut être?), si nous pouvons examiner le sortilège qui la pétrifie, ou quoi que ce soit d'autre. Si nous avons de la « chance », Vaënne croisera notre route. J'aimerais, si c'est le cas, que nous parvenions à la capturer ou au moins à lui poser des questions, pour éclairer les zones d'ombres qui parsèment encore l'histoire. Pourquoi Elirth ? Était-ce seulement le hasard ? L'a t-elle forcée ? Prise par surprise ? Manipulée, peut être ? Comment le sort fonctionne t-il ? N'y aurait-il pas un moyen de le renverser sans que quelqu'un soit obligé de prendre place dans la pierre ?
Je tacherais de tempérer la soif de sève de Lohyedan. Il est impulsif, et le sort de cette pauvre Elirth n'est pas pour le calmer. Il est vrai que nous devons nous hâter (Maïa nous a confié être consciente tout le temps qu'elle était pierre, seule avec ses pensées. Pas étonnant qu'elle soit traumatisée à présent.) mais planter sa hache entre les yeux de Vaënne ne nous avancera certainement pas. Aussi folle soit-elle, ses élucubrations peuvent toujours apporter des éléments de réponse. Enfin, je ne doute pas qu'il soit raisonnable demain. Il est prêt à tout sacrifier pour Elirth, il nous écoutera, je pense.
Tu trouves que je parle peu de Marai et Calbagh ? C'est vrai. Marai est étonnamment discrète pour une Sylvarie de sa taille, mais c'est elle qui a réussi à consoler Maïa pour qu'elle puisse nous parler. Calbagh s'entends plutôt bien avec les norns lui.
J'espère que demain nous apportera plus de réponses. Serait-ce trop optimiste d'en souhaiter même la conclusion ? Très probablement, mais j'aimerais que cela aille rapidement. Pauvre pauvre Elirth enfermée...
Enfin, il se fait tard, même pour moi, et je commence à divaguer sur le papier. Je ferme cette lettre et j'irais la confier à un des oiseaux messagers de notre hôte. Avec les portails, tu ne devrais pas tarder à la recevoir. Je conclurais en disant que nous allons pour l'heure aussi bien qu'il est possible d'aller. L'hospitalité norne est excellente, et il fait chaud. Je vais aller dormir.

Amicalement,

Hana.


La Chanson du Skaald, le Dixième Tour de Danse.
Spoiler : :
Le dixième tour de danse a écrit :
Écoutez, pour vous plaire,
L'histoire d'un chevalier
Et de sa dulcinée
Vraie comme est vraie la terre

Je la tiens, sans mystères,
D'un étrange passager
Avec qui j'ai marché,
Une route, une nuit d'hiver.

Au premier tour de danse,
La belle gracieuse s'élance

Était en la misère
Notre héros chevalier
Tous ses talents d'épée
Ne savaient à dame plaire

La belle particulière
Qui avait dérobé
Son cœur de tendre guerrier
L'ignorait ah misère !

Au second tour de danse,
L'espoir attend sa chance

Vint un jour de colère
Où, venant l'arracher,
Un marquis sans pitié
Prit la belle à sa mère

La pauvre crie et fait guerre
Mais elle est enlevée
Et bientôt encagée
Au fief de ce pervers

Au troisième tour de danse,
Le bonheur se fait rance

Le chevalier fait taire
Son cœur bien effrayé
Et s'en va la chercher,
Sa dame, vêtu de fer.

Sa furie ne peut taire,
Sa voix est transportée
Jusqu'au marquis levée
Qui rit, cruel et fier.

Au quatrième tour de danse,
La hargne se fait transe

"Je te défie, faux pair !
Au combat à l'épée.
Je gagne, sa liberté,
Et si jamais je perds..."

"Et si jamais tu perds,
A moi ton bras armé,
Tes larmes et ta fierté,
Viens à moi, pauvre ver !"

Au cinquième tour de danse,
Le feu brille sur les lances

Un seul coup à cette guerre
A peine est commencée,
Déjà est terminée,
La main qui porte le fer

Comme en un grand éclair
S'est déjà abaissée
Et vole pour trancher
Jusqu'au profond des chairs.

Au sixième tour de danse
Ils fuient dans l'aube blanche

Et ainsi ils s'aimèrent
La dame, son chevalier,
Disait-elle, à jamais,
Disait-il, je l'espère...

Mais son cœur est amer
Et le pauvre guerrier
Bientôt vient redouter
Ce qu'on ne peut défaire...

Au septième tour de danse
La forêt se fait dense

Craignant de ne plus plaire
De la voir le quitter
Celui qui rien n'craignait
Se lamente et puis erre

Jusqu'à hutte d'une sorcière
Connue pour exaucer
Les plus étranges des souhaits
D'un sort et mille mystères

Au huitième tour de danse
Fuis t-en ! Fuis et repense !

"J'aimerais, vieille sorcière,
Mon doux amour garder
Avec moi, à jamais,
Comme quand nos cœurs se lièrent.

Que ni temps ni misère
N'aient prise sur mon aimée
Qu'elle n'aille me laisser
J'ai pour elle tant fait guerre !"

Au neuvième tour de danse,
Résonne la sombremance

Il rentre souriant et fier
Et le sort est jeté
Il s'en va la chercher
Au jardin où elle erre

Là contre les fougères
Elle semble reposer
Belle comme elle fut jamais
Et ses yeux grands ouverts

Mais elles sont grises, ses chairs
Comme son cœur arrêté
Et ses doigts calcifiés
La belle changée en pierre.

Au dixième tour de danse,
Plus rien ! Que le silence.

Avatar de l’utilisateur
Falcon
Officier
Messages : 1735

Re: [Evènement/RP]III.Le Onzième tour de danse

Messagepar Falcon » 16 Mars 2014, 18:58

Lettre envoyée à Hana, au Pavillon où ils logent. Elle n'arrivera que dans la soirée (et donc, après votre rp, d'après MJ-Cael. Je le fais maintenant car je n'aurais pas de temps demain é_è).
Spoiler : :
Ma chère Hana,

Grand merci pour ta lettre. Ce matin, je me demandais si tu avais oublié, quand je l'ai reçue. Votre histoire est aussi improbable qu'inquiétante, aussi inquiétante que magnifique. J'espère qu'Elirth va bien, sincèrement.

Et je trouve vraiment étrange que la chanson soit celle qu'ai chanté Siedhe à la soirée des Duellistes. Tu t'en souviens ? Elle était particulièrement émouvante. Qu'elle soit reliée si vite à une histoire aussi étrange est pour le moins ... curieux.

En ce qui concerne Vaënne, je t'ai joint deux feuilles de notes. L'une provient de ce que j'ai trouvé en épluchant les dossiers des Protecteurs à la Belladone, l'autre des dires d'une certaine Diantha, qui tient les registres aux Sources de la Vigilance. D'ailleurs, si j'ai une cassure dans ma gravure, cela sera de ta faute. Mais merci, mille fois merci de m'avoir permis d'aller voir les Sources. Elles sont magnifiques.

Bon courage à vous, le fardeau d'une Grand Chasse est dur à porter. Encore plus lorsqu'il implique la vie d'une amie. Encore une fois, si besoin d'aide, demandez. Au Bosquet, pas de nouvelles particulières.

Que Dwayna vous garde,
Falcon.

PS : Pum trouve que tu devrais faire des courriers plus synthétiques (mais moi, j'aime bien avoir de la lecture).



Sylvari âgée de treize ans, engagée chez les Protecteurs dans sa sixième année, déployée à Brisban, aux Sources de la Vigilance.
A démissionné, dans l'honneur, à l'âge de huit ans. (Raisons non-précisées)
Notes : excellente duelliste, fidèle et loyale, mais bien trop impulsive et obsédée par l'idée de prouver ses capacités, s'est déjà pris des avertissements de ses camarades pour avoir pris des risques importants en solitaire.

Vaënne : a démissionné pour mener sa vie tranquillement apparemment. Les Sources sortaient alors d'une guerre éprouvante avec le Cauchemar.
A provoqué en duel le Marquis de l'Envie, Marek. Il dirigeait la Pointe de Joy, alors, et avait enlevé Maïa.
V était folle amoureuse de M. Effectivement très bonne bretteuse, elle a vaincu très rapidement Marek, suffisamment pour impressionner les Courtisans, qui les ont laissées repartir.
Timide, courageuse, pas très maline mais avec bon fond, impulsive, veut absolument que Maïa la remarque.
Surnommée Chevalier Hiver, pour son amour des grands froids.

Danthia semblait trouver inconcevable que Vaënne ait mal tournée, qu'elle harcèle Maïa, et autre. Cela semblait être une bonne personne, il y a cinq ans.
Soyez l'onguent sur les plaies de ce monde.
Avatar de l’utilisateur
Gaellym
Messages : 319

Re: [Evènement/RP]III.Le Onzième tour de danse

Messagepar Gaellym » 17 Mars 2014, 01:46

[Pour les joueurs se trouvant chez Travelen uniquement]

Spoiler : :
La Elirth statufiée qui se trouvait posée contre un mur de la demeure du brave Norn pourra être trouvée, au petit matin, couchée avec une couverture posée dessus et un oreiller sous la tête.
Avatar de l’utilisateur
Tùalenn
Messages : 830

Re: [Evènement/RP]III.Le Onzième tour de danse

Messagepar Tùalenn » 17 Mars 2014, 09:53

Ce texte, qui est une lettre, ne peut être connu en rp que par Rodrick, le fiancé de Snorri, et peut-être également leur fils, à moins que le norn ne le partage. Il constitue du moins un petit résumé de ce qu'il s'est passé du point de vue de la rousse, les autres pouvant évidemment ajouter des précisions à ce propos (D'autant que c'est très résumé et selon l'ordre de priorité des informations de la norne)

Spoiler : :
Mon ours,

Je vais t'inonder de lettres, mais je me suis décidée à t'en écrire une par jour que tu puisse suivre ce que je fais t'assurer que je vais bien.

La petite sylvarie que nous avons trouvés au Pavillon, je ne sais pas si je l'ai évoqué précédemment, se nomme Maïa, et est la dame de cette histoire d'amour qui a mal tournée. Laquelle m'évoque beaucoup les romans humains, du genre que Herluf déteste, mais je crois que ça ne choque pas les sylvaris, ça doit être normal pour eux.

Toujours est-il qu'elle nous a menée à une grotte où son chevalier, enfin une femelle chevalier, du nom de Vaënne. Complètement dingue d'ailleurs, on dirait toi en pire. En plus criarde [Rature] Crieuse ? Bref elle gueulait et pas vraiment de manière douce. Le besoin d'être près de son aimée mais vraiment de manière très possessive. Je lui aurais mis des baffes tiens. D'ailleurs, si VRAIMENT tu deviens comme ça, rappelle moi de te donner un coup de latte où je pense.

Bref, toujours est-il qu'il semble qu'elle ai fait en sorte d'échanger les places entre son aimée, qu'elle avait précédemment changé en pierre par un sortilège de la sorcière kodane (Alors qu'à l'origine, elle voulait juste que son aimée reste près d'elle à jamais) et l'amie de ceux que j'accompagne, du nom de Elirth.

La petite Dame semble avoir peur de son Chevalier, mais a décidé de rester avec elle au final. Nous, on a ramené la statue de Elirth au pavillon de Travelen avec l'aide de norns du coin (Oui, Elirth était dans cette grotte là)

On amènera Elirth à la sorcière demain. Je me demande d'ailleurs ce qu'elle voudra en échange, pour la libérer.Et pour ma part, je vais bien, rien de cassé. Je me suis juste rétamée lamentablement sur Tête de bois (Un sylvari qui ressemble à un arbre) après une glissade alors qu'on rentrait.

Herluf apprend des noms de fleur sinon ? Je le voyais pas faire sa culture comme ça, qu'il connaisse celles qui soignent serait mieux de mon avis. Mais il écrit de mieux en mieux par contre. Tu l'emmèneras un peu en chasse avec toi ? Histoire que vous vous défouliez un peu, surtout toi d'ailleurs, ça te sortirais un peu et t'éviteras de ressembler à une outre.

Vous me manquez tous les deux, et j'espère vous avoir près de moi bientôt.

Snorri.
Avatar by @Zyl
Avatar de l’utilisateur
Calbagh
Messages : 558

Re: [Evènement/RP]III.Le Onzième tour de danse

Messagepar Calbagh » 18 Mars 2014, 00:09

Spoiler : :
C'est après une nuit de repos, que Vaillants et vaillantes se sont mis en quête d'aller consulter à nouveau la sorcière Kodan dénomée "Celle-Ci".

C'est donc au petit matin, que Hana, Lolo/Dada/Dadou, MaMa, Snou Snou et Calou et Sull' se sont mis en quête d'une solution pour transporter la Sylvarie statufiée : Elirth, ju'squ'à la grotte de la sorcière kodan.

Aprés quelques discussions, ce fut le traineau qui fut choisit comme solution de transport. Travelen, leur Hôte, leur mis gracieusement, un énorme traineau (taille Norn Oblige) à disposition.

Lohyedan, qui semblait le seul à avoir de l'experience en terme de conduite, prit les commandes, et réussit à diriger, dans une descente épique, le traineau et son équipage.

Tout ce qui descend devant inévitablement monter à un moment ou à un autre, les membres de l'équipage durent unir leurs forces afin de pousser le traineau, sur quelques mètres, afin d'atteindre la grotte de Celle-ci.

On notera la force déployée par Lohyedan et Marai dans cet exercice, ainsi que les efforts fournis par Hanaraka qui sera quitte pour se faire une nouvelle manucure une fois cette grand chasse terminée.

Aprés ces nombreux efforts, ils réussirent enfin tous, à rejoindre la grotte, et à retrouver celle-ci.

Le but était de savoir comment la sorcière allait pouvoir dé-statufier Elirth.

Comme à son Habitude, la sorcière fut plus ou moins facile à comprendre, mais il ressortit de la conversation, qu'il faudrait que les Vaillantes et Vaillants trouvent une certaine pierre, de la taille d'Elirth, afin de créer un élémentaire, pour que l'équilibre soit conservé, lorsqu'elle redeviendrait en bois.

Bien entendu, certains, dans le petit groupe, ne trouvaient pas les choses si claires que ça.


Une fois la discussion avec la kodan terminée, le groupe demandât à celle-ci, l'autorisation de passer la nuit dans sa grotte.

Celle-ci accepta, sous condition que l'on n’embête pas les Skritts.
Calbagh : Veilleur vaillant rodéoteur
Krärl Briseoreilles : Charr cuisinier & ...

Revenir vers « Contes doux-amers »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invités